JE SUIS D'ICI !

samedi 19 septembre 2015

Les macareux


Le terme de macareux est ambigu car il désigne en français plusieurs oiseaux marins classés dans deux genres différents de la famille des alcidés : Fratercula et Cerorhinca. Ils ont tous un plumage noir et blanc et le bec coloré. Ils vivent en colonies dans les régions tempérées fraîches de l'Atlantique et du Pacifique nord.


Les couleurs du juvénile, bien plus discrètes que celles de l'adulte, l'aident à se camoufler. Le ventre blanc le rend moins visible des prédateurs sous-marins venu du fond, et le dos noir le rend moins visible des prédateurs venus du ciel.


Les 4 espèces de « macareux »



Macareux cornu
Fratercula corniculata



Macareux huppé
Fratercula cirrhata



Macareux moine
Fratercula arctica



Macareux rhinocéros
Cerorhinca monocerata 
seul représentant du genre Cerorhinca


En anglais, le terme puffin désigne exclusivement les espèces du genre Fratercula, c'est-à-dire des macareux, ce qui peut engendrer une certaine confusion puisque ce nom a été repris en français pour nommer un autre oiseau marin : le puffin (Shearwater en anglais).

La particularité la plus flagrante de cet oiseau est son gros bec : comprimé latéralement en forme de triangle et très coloré en période nuptiale (pointe rouge, base bleu foncé, entourée de bandes jaunes).
Mais après la période de reproduction, les plaques colorées tombent et le bec devient plus petit et plus terne et plus sombre. L'oiseau peut alors être confondu avec le Mergule nain .

Il présente une silhouette caractéristique : assez grande tête, courte queue, corps assez rond. Les pattes palmées, relativement courtes, sont rouges en été puis virent au jaune en hiver. D'une trentaine de centimètres de long, son envergure peut atteindre les 60 centimètres pour un poids de 500 grammes et un âge maximal de 22 ans. Le plumage est noir sur le dos, le cou, la nuque et les ailes, mais blanc sur le ventre, les joues et le dessus de l'œil. Celui-ci, cerclé de rouge se prolonge vers l'arrière par un fin sourcil noir.

Le macareux émet un cri plaintif en période de nidification ressemblant à un « arrr-ouh » grognant et étouffé.

Ses courtes ailes lui confèrent un vol bas sur l'eau mais puissant. Le macareux ne se sert pas de ses pattes palmées pour nager, mais de ses ailes.

Le macareux moine (Fratercula arctica), symbole de la Ligue pour la protection des oiseaux, peut réserver des surprises. Ci-dessus est tout à fait particulier, car atteint de leucistisme. Cette caractéristique génétique lui confère une couleur blanche alors que ses congénères sont de couleur noire.



Les macareux passent la plupart de leur temps en mer, mais reviennent sur terre pour se reproduire. En période de nidification ils se réunissent en large colonies sur le haut des falaises. Ils y creusent des terriers (généralement sous le couvert herbeux) pour y élever leur unique petit, dans un nid de plumes. Les lieux de reproduction les plus connus sont situés en Islande, en Écosse et en Scandinavie. La plus importante colonie française est implantée en Bretagne nord sur l'archipel des Sept-Îles, dans les Côtes-d'Armor.

Oiseau piscivore, le macareux pêche en groupe en chassant sous l'eau des motelles, des lançons ou des sprats, bien qu'il ne dédaigne pas des mollusques (calmars et vers) ou encore des crustacés. Disposant d'une langue râpeuse, présentant des formations en épines orientées vers l'arrière, il peut emporter simultanément jusqu'à 60 proies dans son bec. Les macareux nichent aussi dans des trous qu'ils creusent dans les falaises avec leur bec.

Egger Ph.