CHU DE CHE / JE SUIS D'ICI / ICH BIN VON HIER !

vendredi 22 janvier 2016

Le coup de maître du Kremlin




Il sait, le président Poutine, que les juifs en Europe sont désormais en danger. Aussi, le maître du Kremlin vient de jouer un coup de maître en appelant les juifs d’Europe à rejoindre la Russie. Cette Russie, cultivée, créative, courageuse, gourmande de cerveaux, qui a repris sa place sur la scène mondiale.

Les guerres au Moyen-Orient provoquées par les néo-cons ont les plus funestes répercussions sur nous, Européens. L’exode des populations martyrisées. La naissance de l’État islamique que l’humanité (selon nos critères occidentaux) a quitté, alors qu’ils appliquent à la lettre leur livre que je ne nommerai pas. Nous, Européens, payons très cher ces conflits dont la seule ambition est que l’Amérique reste hégémonique à tout prix. Pire est que l’Europe est son vassal.

La première des conséquences est cette « avalanche » de réfugiés, comme Wolfgang Schäuble (souvent surnommé « grand argentier allemand ») désignait cette invasion islamisée, élevant sa première critique envers la politique d’accueil de sa patronne.

Alors que l’Europe, à « l’invitation » de « Mutter Merkel », doit subir cette invasion islamisée de millions de musulmans majoritairement aculturés, que les médias d’outre-Rhin et d’ici nous présentent comme des « réfugiés » de haut niveau économique et culturel, le président Poutine, l’ours en veille, observe la situation en grognant de béatitude. L’homme est cultivé, connaît bien l’Histoire, la géopolitique, la littérature, la musique, les arts plastiques, bref, ce que nos caciques ne maîtrisent même pas en rêve. Il voit tout, il est curieux de tout et comprend tout. Il est un diplomate hors pair.

Normal, cela fait partie de sa haute fonction, à la tête du plus grand pays du monde. Ajoutons qu’il est un joueur d’échecs confirmé.

Il sait, le président Poutine, que les juifs en Europe sont désormais en danger. Leur nombre est minuscule en comparaison des hordes islamisées animées par la haine des juifs. Il voit, le président Poutine, que l’antisémitisme est pratiquement du seul fait des musulmans en Europe. Il est informé qu’en France, les juifs sont désormais attaqués, abattus comme des chiens, dans les écoles, leurs commerces, dans la rue, par surprise lorsqu’il s’agit d’une confrontation individuelle et, dernièrement, à nouveau dans une école à Marseille.

Aussi est-il au courant que les juifs de Suède s’enfuient devant la menace islamiste, comme ceux des pays voisins du Nord. Sans oublier les Français juifs qui font par milliers leur alya. Ces forces vives, éduquées, d’une culture générale très complète, des diplômés, quittent l’Europe pour Israël, le seul pays qu’ils pensent être le leur à juste titre. Ils appauvrissent considérablement la France et l’Europe par leur départ.

Le maître du Kremlin vient de jouer un coup de maître en appelant les juifs d’Europe à rejoindre la Russie. Cette Russie, cultivée, créative, courageuse, gourmande de cerveaux, qui a repris sa place sur la scène mondiale. Cette Russie, à laquelle le président Poutine a rendu sa fierté. Cette Russie aux grands espaces, qui ne demande qu’à être peuplée de populations courageuses, ambitieuses, intelligentes et créatives. Ces juifs qui firent l’admiration d’Ibn Saoud, car ils surent irriguer le désert. Cette Russie – il ne faut pas s’y tromper – veut montrer aux États-Unis des néo-cons que les juifs peuvent être en sécurité sous son aile protectrice. Une Russie qui espère des jours meilleurs sur l’échiquier mondial avec une éventuelle élection de Donald Trump. Les deux hommes se complimentent en effet par médias interposés. Bref, la Russie de Poutine veut se positionner envers les juifs, comme l’ont fait les États-Unis durant la Seconde Guerre mondiale.

Cet appel du président russe est prémonitoire du crépuscule de l’Europe, qui est en train de sombrer dans l’obscurantisme islamique, le nouveau totalitarisme.


Hildegard von Hessen am Rhein