CHU DE CHE / JE SUIS D'ICI / ICH BIN VON HIER !

lundi 22 février 2016

L'UDC Valais a déposé son initiative contre le voile


Le port du voile est une réalité dans le Valais et la situation a tendance à s'aggraver. (photo: Keystone)


L'UDC valaisanne a déposé lundi une initiative pour l'interdiction de tout couvre-chef dans les écoles publiques. Les initiants visent surtout le voile islamique. Le texte a recueilli 4385 signatures sur les 4000 nécessaires.

L'initiative demande au gouvernement cantonal de légiférer en la matière. Il peut s'agir d'une loi à part entière ou alors d'une modification d'une loi existante, peu importe aux yeux des initiants, a déclaré le conseiller national valaisan Jean-Luc Addor (UDC), co-président du comité d'initiative.

Une légitimité claire

Le jugement rendu en décembre 2015 par le Tribunal fédéral (TF) sur le cas d'une élève de St-Margrethen (SG) ne perturbe pas les initiants. Le TF avait désavoué la commune qui avait interdit le port du voile.

Les juges fédéraux avaient estimé que l'interdiction du port du voile constituait une atteinte grave à la liberté religieuse. Pour la justifier, il faut non seulement une base légale, mais encore que l'interdiction réponde à un intérêt public pertinent et que l'atteinte ne soit pas disproportionnée.

Pour Jean-Luc Addor, si l'initiative est acceptée par le peuple et qu'un texte législatif est élaboré, la légitimité est claire. «Il y aurait alors pour le TF matière à revoir son jugement». De plus, le voile est un signe de soumission de la femme, en contradiction avec le principe d'égalité entre hommes et femmes.



Une réalité, pas un problème

Le port du voile n'est pas un problème en Valais, Jean-Luc Addor l'a admis. Mais il est tout de même une réalité et la situation a tendance à s'aggraver. «On ne veut pas attendre que ce soit hors de contrôle. C'est maintenant qu'il convient de fixer une limite».

L'initiative avait été lancée il y a une année. Une fois les signatures validées, le texte devra être présenté en votation populaire dans un délai de trois à quatre ans. Mais Jean-Luc Addor a suggéré une autre voie au président du gouvernement Jacques Melly qui a réceptionné les paraphes. Le conseil d'Etat peut déjà élaborer un projet de loi, a-t-il dit.

L'UDC a mené le combat dans les travées du parlement cantonal. Elle a obtenu en 2013 l'obligation de se présenter à visage découvert lors de manifestations ainsi qu'au guichet d'une administration, dans les bâtiments publics et lors de contrôles d'identité. Sa motion pour des têtes nues à l'école a en revanche été rejetée par 63 voix contre 56 en mars 2014, provoquant le lancement de l'initiative.

En mars 2015, le Grand Conseil a tout de même accepté une autre motion qui demande une base légale permettant aux directeurs d'établissements scolaires d'interdire le voile en cas de problème. Le texte a été appuyé par 90 parlementaires contre 18.

ATS