CHU DE CHE / JE SUIS D'ICI / ICH BIN VON HIER !

lundi 21 mars 2016

Fribourg; est devenue la ville la plus violente de Suisse soi-disant




Le chef-lieu fribourgeois présente le plus haut taux d'infractions liées à la violence dans le pays. Les autorités se disent surprises.

«Avec un taux de 18,2‰, la ville de Fribourg arrive très nettement en tête du classement national pour ce qui est des infractions en matière de violence.» Les autorités fribourgeoises tirent un constat peu réjouissant, lundi matin, en marge de leur conférence annuelle sur la criminalité dans le canton. Pour la première fois, l'Office fédéral de la statistique a intégré les villes de plus de 30'000 habitants dans ses calculs liés au nombre d'infractions pour 1000 habitants, se focalisant cette année sur les violences et les infractions au patrimoine.

«Il s'agit d'un résultat très surprenant qui ne correspond pas au ressenti des autorités, des policiers et autres professionnels de la prise en charge qu'ils proviennent du monde médical, social ou éducatif, poursuivent les autorités dans leur communiqué. Il s'agira de trouver les raisons qui expliquent cet écart entre les chiffres observés et le sentiment subjectif de la réalité du terrain.» Les responsables de la sécurité arguent néanmoins que les actions répressives menées par la police, qui applique une tolérance zéro, peuvent peut-être expliquer en partie ces statistiques.

Criminalité généralement en baisse

Parallèlement à ces données, le canton de Fribourg a observé une baisse des infractions dans le canton l'an dernier, à l'exception des infractions commises sur internet. Si les vols par effraction ont chuté (-28%), de même que les brigandages, les cas d'extorsions, de menaces ou d'injures ont explosé sur le net. Les escroqueries, en particulier, ont bondi de 118 à 447 cas. Forte de ce constat, la police a fait de la lutte contre la cybercriminalité une de ses priorités.

Criminalité en baisse, sauf sur Internet !

En 2015, les infractions ont poursuivi leur baisse dans le canton de Fribourg. Si les cambriolages et les brigandages sont en nette diminution, les infractions sur Internet ont par contre explosé et confirment qu'il s'agit aujourd'hui, d'un vrai défi sécuritaire de société.

Beaucoup moins de cambriolages…

La tendance se confirme : les infractions au code pénal suisse (CPS) sont à nouveau moins nombreuses dans notre canton, avec une baisse de 5% par rapport à l'année précédente.
Les vols par effraction ont nettement diminué (-28%), atteignant le taux le plus bas de ces cinq dernières années (1'102 cas) ! Les brigandages ont été deux fois moins fréquents, passant de 65 à 34 cas.

… mais une hausse considérable des infractions sur Internet !

En 2015, le nombre d'infractions commises sur Internet a fortement augmenté. Il s'agit d'infractions " classiques " (extorsions, menaces, injures, etc.) commises au travers du réseau informatique, à distance et sous couvert anonyme. Les escroqueries par Internet ont bondi de 118 à 447 cas. La police a fait de la lutte contre la cybercriminalité une priorité en se spécialisant et en allouant des ressources supplémentaires de manière à pouvoir répondre plus efficacement à ce défi de société.

Fribourg, ville violente ?

L'Office fédéral de la statistique a calculé pour la première fois les fréquences (nombre d'infractions pour 1'000 habitants) pour les villes de plus de 30'000 habitants en se focalisant cette année sur les violences et les infractions au patrimoine.

Avec un taux de 18.2‰, la ville de Fribourg arrive très nettement en tête du classement national pour ce qui est des infractions en matière de violence.

Il s'agit d'un résultat très surprenant qui ne correspond pas au ressenti des autorités, des policiers et autres professionnels de la prise en charge qu'ils proviennent du monde médical, social ou éducatif.

Il s'agira de trouver les raisons qui expliquent cet écart entre les chiffres observés et le sentiment subjectif de la réalité du terrain. Néanmoins, l'importance de ce taux pour la ville peut s'expliquer en partie par une action répressive de la police suite, notamment, à la mise en œuvre par les autorités, d'une politique criminelle axée sur la lutte contre la violence, (tolérance zéro). Cette politique délibérée menée maintenant depuis plusieurs années induit une prise en compte systématique des cas et une augmentation des dénonciations par la police. Ceci est particulièrement vrai à Fribourg pour les violences domestiques et violences contre les fonctionnaires où elles représentent près de la moitié des cas de violence annoncés.

Si l'on considère les infractions au CPS et spécialement les infractions au patrimoine (vols, cambriolages, etc.), le canton et la ville de Fribourg présentent un taux inférieur à la moyenne suisse et ce, de manière durable.

Autres lois

Les trois quarts des infractions aux lois fédérales concernent le CPS. Les infractions à la loi fédérale sur les stupéfiants sont en légère hausse (3'077, +8%), contrairement à la loi sur les étrangers (1'662, -7%).

Sachez encore qu'en 2015…

La police fribourgeoise a traité 36'325 affaires, soit en moyenne 100 par jour.
L'auteur d'une infraction commise dans le canton a pu être confondu pour le 42.6 % des cas alors que la moyenne suisse est de 32 %.

La provenance des auteurs d'infractions au CPS est répartie ainsi : 49% Suisses, et 51% d'étranger soit 33% étrangers résidents, 16% étrangers non-résidents et 2% requérants d'asile.

Documents joints :




Ce que les statistiques ne disent pas

Fribourg est le canton de Suisse dont la police a une tolérance 0 envers la délinquance. Les policiers des autres cantons vous le diront tous; seule en Suisse, la police fribourgeoise ne laisse rien passée, même les infractions mineures. De plus elle dispose d'un réseau "citoyen" qui fait école en matière de renseignements. Si ailleurs la police est permissive et ces citoyens aussi, à Fribourg ce n'est de loin pas le cas, pour preuve : sur 50 interventions diverses de délinquance, c'est la seule police qui traite toutes les situations, même les infractions mineures du début à la fin. Si beaucoup de cantons Suisses se contentent de traiter les infractions de grandes et moyennes importances, ce n'est pas le cas de Fribourg. Car ici, c'est Fribourg !

Le mot de la fin reviens à Erwin Jutzet, Conseiller d'Etat en charge du département de la sécurité et de la justice : les statistiques, c'est comme les bikinis, çà montre beaucoup de chose, mais pas l'essentiel.


Egger Ph.