CHU DE CHE / JE SUIS D'ICI / ICH BIN VON HIER !

lundi 29 août 2016

Carton plein pour Estavayer2016 !


Estavayer2016, c’était la Suisse dans la Suisse

Objectif plus qu’atteint pour la Fête fédérale de lutte Estavayer2016 ! 

La manifestation a attiré plus de 280'000 visiteurs sur le site de l'aérodrome militaire de Payerne. Les festivités se sont terminées hier avec le couronnement du Bernois Matthias Glarner. La police ne fait état d'aucun incident majeur au niveau de la sécurité. Le public, lui, a plutôt bien résisté à la chaleur, grâce notamment au plan canicule. En revanche, plus de 200 personnes ont été blessées par des briques de verre. Les équipes sanitaires ont réalisé 70 sutures sur place.

La fête de tous les superlatifs est terminée. Un véritable succès avec 280 000 spectateurs en près de 48 heures sur le site de l’aérodrome militaire de Payerne. L’arène, pouvant contenir 52 016 personnes, n’a jamais désempli, malgré la canicule.

Même si les lutteurs romands n’ont pas décroché la couronne espérée, les organisateurs broyards de cette 44e édition de la Fête fédérale de lutte, la plus grande manifestation sportive du pays, ont ainsi plus que rempli le contrat. Mieux, ils ont réussi le pari d’unifier cette Suisse multiple.

Le temps d’un week-end, Romands et Alémaniques, citadins et campagnards avaient les yeux rivés sur les mêmes ronds de sciure. Ce qui n’allait pas de soi. Les fêtes de lutte véhiculent des traditions plus fortement ancrées à Lauterbrunnen qu’à Coppet. «Depuis l’ouverture du pavillon des prix, le 16 août, nous avons constaté que le bouche-à-oreille fonctionnait et que les Romands étaient toujours plus nombreux sur le site», explique Albert Bachmann, président du comité d’organisation. Il estime ainsi que 30% du public était composé de Romands, ce qui est davantage qu’espéré. Le temps d’un week-end, Estavayer2016 était en quelque sorte une Suisse dans la Suisse, selon Albert Bachmann.

Mais les réseaux sociaux ont aussi joué leur rôle. Près d’un million de personnes ont consulté la page Facebook de la fête. Sur Twitter, #esta16 a été le hashtag le plus utilisé au niveau suisse durant le week-end.

Un plan canicule

Estavayer2016 a démarré en fanfare vendredi soir déjà, alors que les lutteurs étaient au repos. «A ce moment déjà, il y avait plus de monde que lors de la précédente Fête fédérale de lutte, en 2013 à Berthoud», assure un habitué. Gaby Yerly, vice-président du comité d’organisation, l’expliquait samedi: «Nous avons prévu un camping pour 20 000 personnes, nous avons immédiatement augmenté les capacités de 3000 places pour la nuit de samedi à dimanche.»

Et c’est tant mieux étant donné les températures dépassant les 30 degrés. Un plan canicule a d’ailleurs été activé. 54 000 casquettes et 50 000 tubes de crème solaire ont été distribués, annonce Isabelle Emmenegger, directrice d’Estavayer2016. Des fontaines à eau et des brumisateurs ont également été installés.

Le public a ainsi tenu le coup sous un soleil de plomb. Et dimanche après-midi, ce n’est pas l’eau qui manquait. Avant la passe finale, à 16h30, certains stands étaient en rupture de stock. Ici, on ne servait plus de café-schnaps, faute de schnaps. Plus loin, les sandwiches étaient biffés de la carte du menu.

Matthias Glarner à peine couronné roi de la lutte, le site s’est progressivement vidé. Ce qui permet aussi à la gendarmerie d’afficher un bilan positif. La crainte d’un chaos sur les routes a été vite démentie. C’était pourtant le point faible de l’aérodrome militaire de Payerne, qui n’est pas directement relié aux grandes lignes ferroviaires.

Au total, les bus ont véhiculé 22 000 passagers venus de toute la Suisse. Quelque 25 000 personnes ont voyagé en train, tandis que 95 000 personnes ont gagné la place de la fête en voiture, 5000 à moto et 4000 à vélo. Au total, 30 accidents de la circulation sont survenus, dont trois avec blessés. Pour la police, il s’agit des interventions courantes d’une petite ville. Deux enfants et deux adultes alcoolisés se sont également perdus.

La tradition veut qu’une fête de lutte soit l’endroit le plus sûr de Suisse. Ce qui ne s’est pas démenti ce week-end. 1354 interventions ont été recensées pour de la bobologie, notamment des coupures de verre qui ont nécessité des points de suture, effectués sur le site. 45 personnes ont cependant été transférées à l’hôpital. «Il n’y a pas eu de troubles majeurs à l’ordre public», assure la police, qui déplore juste quatre bagarres rapidement maîtrisées et 16 vols annoncés. Et il n’y a eu aucune saisie de drogue. «Pas le genre de la maison», lance un policier.

Magalie Goumaz