JE SUIS D'ICI !

dimanche 4 septembre 2016

Fribourg rend hommage à Jean Tinguely 25 ans après sa mort



Un quart de siècle après l'enterrement haut en couleur de Jean Tinguely, les Fribourgeois ont rendu hommage à l'artiste lors d'un cortège.

  «Jean Tinguely est né le 22 mai 1925, alors que s'éteignait le mouvement DADA, dont nous fêtons cette année le centenaire et dont il se réclamait», a rappelé Alain Berset, le conseiller fédéral en charge de la culture, à Fribourg samedi. (Samedi 3 septembre 2016) Image: Keystone


Vingt-cinq ans déjà depuis la disparition de l'artiste suisse Jean Tinguely. Pour lui rendre un hommage mémorable, un cortège a été organisé ce samedi à Fribourg.

Une centaine de voitures de collection ont défilé à Fribourg, avec des chars, des guggenmusik et des groupes d'enfants.

«Jean Tinguely est né le 22 mai 1925, alors que s'éteignait le mouvement DADA, dont nous fêtons cette année le centenaire et dont il se réclamait», a rappelé Alain Berset, le conseiller fédéral en charge de la culture, à Fribourg samedi.

Et de poursuivre: «Tout chez lui était DADA: son humour, sa créativité iconoclaste, sa moustache 'dalinienne', jusqu'à ce détail particulièrement dandy: un élégant foulard noir à pois blancs par-dessus le col de son bleu de travail. L'artiste Jean Tinguely était un personnage et il lui fallait un costume bleu-noir-et-blanc qui rendît hommage à la figure du père, ouvrier fribourgeois.»

La fête populaire a battu son plein tout l'après-midi, attirant environ 10'000 personnes sous un soleil radieux, ont indiqué les organisateurs. Les véhicules de courses et oldtimers en tous genres qui ont défilé reflétaient l'amour de Tinguely pour le mouvement et la vitesse. Ce «Grand Prix Tinguely» illustrait aussi le lien d'amitié qui l'unissait au pilote Jo Siffert.

Le clou du cortège était le «Safari de la Mort Moscovite», oeuvre ambulante de Tinguely réalisée en 1989. Le Museum Tinguely de Bâle l'a prêtée pour l'occasion.


  Le clou du cortège était le «Safari de la Mort Moscovite», oeuvre ambulante de Tinguely réalisée en 1989. Le Museum Tinguely de Bâle l'a prêtée pour l'occasion. (3 septembre 2016) Image: Keystone







Jusqu'en soirée

Si l'animation de l'après-midi était concentrée dans le quartier du Bourg, elle s'est déplacée vers les Grand-Places pour la suite de la journée.

Finalement, rassemblée autour de la Fontaine Jo Siffert, la population a pu admirer et écouter le coeur de l'oeuvre qui était au centre d'une installation sonore et de diverses performances musicales. La dernière, à 22h00, a vu la fontaine se parer de mille et une lumières mettant en avant les rouages et mouvements de l'oeuvre réalisée en hommage au pilote fribourgeois de Formule 1.

Enterrement populaire

Tinguely a été enterré le 4 septembre 1991. Ce fut un grand rassemblement populaire réunissant près de 15'000 personnes. Le cercueil était porté par les assistants de l'artiste. A ses côtés défilaient la famille, les autorités fédérales, cantonales et communales, mais aussi une oeuvre de Tinguely («Klamauk»), la Landwehr, et des fifres et tambours.

Le cortège de samedi était le point d'orgue de Tinguely 2016, un vaste programme d'événements égrenés au fil des mois pour célébrer l'un des artistes contemporains les plus connus du 20e siècle. Le budget global de l'ensemble est de 700'000 francs.

L'agenda compte des dizaines de manifestations et de lieux impliqués - expos, conférences, spectacles de cirque, vitrines décorées. Outre les institutions culturelles, des lieux moins habituels sont aussi de la partie, tels que des centres commerciaux, une église, une usine électrique, un restoroute ou encore une patinoire.

La tombe de Jean Tinguely à Neyruz
Selon ses dernières volontés, une fanfare et l’une de ses machines, « Chahut », ouvrirent le cortège funèbre. L’engin pétaradait et lançait force fumées sur la foule . . . surprise et émerveillée ! Le corps de l’artiste fut inhumé en présence de ses deux anciennes épouses, Niki de Saint-Phalle et Eva Aeppli, dans le cimetière de Neyruz. 
Sa tombe ornée d’une « machine » étonne toujours.  
En son hommage, vous pouvez déposer sur sa dernière demeure, une fleur blanche.


Le village a un peu oublié que dans sa grange, avec le génial Seppi, il montait d’étranges machines suspendues dans des échafaudages surprenants. Restaurée, l’ancienne auberge est aujourd’hui la demeure de son fils.

Egger Ph.