CHU DE CHE / JE SUIS D'ICI / ICH BIN VON HIER !

mercredi 14 septembre 2016

Les faux rabais d'Ochsner Sport


En enlevant l'étiquette de sa nouvelle lampe frontale, 
Paul a découvert que le prix indiqué comme soldé était en fait le prix réel du produit. (photo: DR)


«Chouette, la lampe frontale à 34fr90 au lieu de 59fr90!» Voilà ce que s'est dit Paul*, en décembre 2015, dans le magasin Ochsner Sport à Nyon (VD). Séduit par l'offre et persuadé de faire une bonne affaire, il a acheté l'objet. Puis a déchanté en arrivant chez lui: en enlevant l'autocollant indiquant le prix baissé, le Vaudois a découvert que le prix avant soldes était de… 34fr90.

Consterné, se sentant trompé, Paul a contacté le Secrétariat d’Etat à l'économie (Seco), chargé de la haute surveillance de l'indication des prix. L'instance a mandaté la Police du commerce vaudoise pour procéder à des vérifications dans les succursales d'Ochsner Sport. L'Ordonnance sur l'indication des prix (OIP) interdit en effet de pratiquer ce type de «faux prix barrés».

L'amende de 20'000 francs: une sanction «ridicule» 

«L'enquête approfondie de la police du commerce a déterminé que le cas n'était pas isolé et qu'il se retrouvait dans beaucoup de boutiques Ochsner dans toute la Suisse, explique Robin Eymann, responsable de la politique économique à la Fédération romande des consommateurs (FRC). Il s'agirait donc plutôt d'une stratégie globale que de l'initiative d'un seul gérant.» Le Seco a averti Ochsner, qui a reconnu les faits et a promis de se mettre en règle d'ici au 1er octobre 2016. Contactée, la firme n'a pas encore répondu à nos questions.

La FRC ne souhaite pas en rester là. Elle a publié l'information sur son site internet et a dénoncé le cas au Ministère public de la Côte mardi, afin de «donner le signal à toute la branche commerciale que l'OIP ne peut être violée impunément». L'infraction est normalement poursuivie d'office. L'OIP prévoit une amende maximale de 20'000 francs. Une sanction «ridicule» en comparaison avec le chiffre d'affaires du commerce de détail (dans le cas d’Ochsner, il avoisine le milliard de francs en 2015), note Robin Eymann.

Premier cas prouvé à aussi large échelle

Ochsner Sport utiliserait cette pratique depuis décembre 2015 au moins. «Ça fait peut-être bien plus longtemps, mais on ne peut pas le prouver», regrette Robin Eymann. Le spécialiste indique que la FRC a des soupçons sur d'autres entreprises: «On entend que ça se produit, mais c'est la première fois que c'est prouvé, à aussi large échelle et dans une si grosse entreprise».

Que peut faire le consommateur dans un cas pareil? Pas grand chose, si ce n'est dénoncer l'arnaque. Il peut toujours demander un dédommagement ou remboursement, mais ce sera au bon vouloir de l'entreprise concernée de le lui accorder.

* Prénom d'emprunt