CHU DE CHE / JE SUIS D'ICI / ICH BIN VON HIER !

lundi 10 octobre 2016

200 à 300 millions de bonus pour les intermédiaires des caisses maladie


Les assureurs maladie rétribuent selon des règles secrètes les intermédiaires chargés de conclure des contrats avec les «bons risques».

Les caisses dépensent de grosses sommes pour attirer les bons risques à eux chaque année. (photo: Keystone)


150 francs de commission pour tout nouvel assuré 

Avec l'annonce traditionnelle des hausses de primes pour l'assurance maladie, s'ouvre chaque automne pour les caisses la saison de la chasse aux bons risques. Une chasse via des démarchages téléphoniques non sollicités qui ont pour but d'attirer les assurés les plus intéressants (soit les jeunes adultes en bonne santé) tentés de changer de caisse. Pour réglementer ce démarchage par des intermédiaires, Santésuisse a édicté une règle au début de l'année pour limiter à 50 francs la «récompense» pour tout nouveau contrat conclu. Mais ce chiffre n'est de loin pas respecté, dénonce l'Aargauer Zeitung lundi.

En effet, bon nombre de caisses ne tiennent pas compte de cet accord. A l'image de Visana qui a augmenté au même moment ses provisions pour payer ses intermédiaires et qui leur attribue depuis 150 francs pour tout nouvel assuré en bonne santé qui choisit une franchise d'au moins 1000 francs. Et l'assureur bernois se défend d'avoir violé quoi que ce soit: il n'a pas signé l'accord de Santésuisse et se sent donc libre de procéder comme il l'entend.

La caisse Helsana aussi paie elle plus que prévu. Mais le montant de la commission est estimé en fonction du modèle de la franchise choisie et si un produit supplémentaire complète le contrat.

Le règne du flou total

Mais le flou règne en la matière, chacune des caisses procédant à sa manière. Ainsi le Groupe Mutuel ne rétribue pas ses intermédiaires s'ils attirent des assurés preneurs d'une franchise à 300 francs. La CSS non plus si le futur assuré choisit un modèle avec des réductions de coûts, de type médecin de famille.

Quelles sommes sont réservées dès lors en tout pour le paiement de la chasse aux bons assurés? Très difficile à dire puisque les caisses se montrent réticentes à dévoiler leurs méthodes, selon l'Aargauer Zeitung. Ce qui est sûr toutefois, selon le quotidien, qui cite l'Office fédéral de la santé publique, c'est qu'en 2015, les caisses ont mis de côté près de 27 millions pour leurs intermédiaires chargés de conclure des nouveaux contrats dans l'assurance de base. Et ce chiffre serait bien plus élevé en ce qui concerne la rémunération pour toute nouvelle assurance complémentaire.

En tout, la branche provisionnerait de 200 à 300 millions de francs pour payer leurs intermédiaires chargés de conclure de nouveaux contrats, selon Richard Lüdi, un ancien responsable marketing des assureurs maladie et aujourd'hui directeur de la communauté d'intérêt des assurés suisses.