JE SUIS D'ICI !

mardi 25 octobre 2016

François Hollande admirerait... Marine Le Pen


François Hollande et Marine Le Pen lors d'une rencontre à l'Elysée après le Brexit en juin 2016


Après la révélation de ses propos sur les magistrats ou sur les footballeurs, le livre Un président ne devrait pas dire ça... expose également le «respect très professionnel» de François Hollande pour Marine Le Pen.

Gérard Davet et Fabrice Lhomme, expliquent dans leur livre Un président ne devrait pas dire ça... comment François Hollande a été «saisi» lorsqu'il a invité Marine Le Pen à l'Elysée au moment de la réforme des régions. Le président de la République aurait été «sincèrement étonné par le travail fourni par le Front national, très argumenté, bien charpenté».

Selon les auteurs du livre, François Hollande aurait ressenti, au cours de cet échange avec Marine Le Pen et ses collaborateurs, la force d'un parti uni, contrairement aux autres formations politiques, notamment l'UDI, «venus à sept ou huit», avec «autant de positions que de participants».

Pour les deux journalistes du Monde, la présidente du Front national (FN) inspirerait à François Hollande «une extrême inquiétude face à la démagogie des arguments avancés, et surtout au potentiel explosif des propositions d'un mouvement populiste». Mais aussi «une forme d'admiration devant la faconde politique, l'organisation huilée, la cohérence de l'argumentation... Un respect très professionnel face à la puissance de la machine FN, miroir de son incapacité à l'enrayer».

François Hollande ne sous-estime donc pas Marine Le Pen. Si selon lui, l'actuelle présidente du FN et son père, Jean-Marie Le Pen partagent «la même politique, la même philosophie, la même idéologie», le président de la République nuance cependant : «Le Pen père était obsédé par les juifs, Marine Le Pen est obsédée par les musulmans. Le Pen père était contre l'immigration, Marine Le Pen est contre la francisation, les gens qui accèdent à la nationalité, le métissage… Elle va s'en prendre aux nationaux, pas aux immigrés. Elle ne pense pas à chasser les immigrés. Elle pense à redonner une clarification à ce que veut dire être français.»

Marine Le Pen plus populaire que Hollande, Mélenchon, Sarkozy et désormais aussi Juppé

Alors que la popularité du chef de l'Etat et du Premier ministre continuent de chuter, la présidente du Front national est désormais en tête des personnalités politiques bénéficiant le plus d'opinions positives des Français, devant Alain Juppé.

Les cotes de popularité de François Hollande et Manuel Valls sont reparties à la baisse en août, après deux mois de hausse. Et l'entrée en campagne de Nicolas Sarkozy pour la primaire à droite a eu un impact limité sur l'opinion, selon un sondage YouGov. Avec 14% d'opinions favorables, le chef de l’Etat perd un point par rapport au mois précédent, et le Premier ministre en perd 2, à 15%.

Au baromètre des personnalités, Marine Le Pen reste stable avec 24% d'opinions positives. Elle devance désormais Alain Juppé (21%, -5), Nicolas Sarkozy (20%, +2) et Jean-Luc Mélenchon (20%, +2). Plusieurs réponses étaient possibles.

François Hollande reste stable auprès des sympathisants de gauche (43%), contrairement à Manuel Valls (41%), qui perd trois points dans cette tranche de l'électorat. Le gouvernement est également en légère baisse d'un point, avec 13% d'opinions favorables.

Le chômage et l'emploi sont toujours les premières préoccupations des Français (27%, -1), devant l'immigration (17%, +5) et l'insécurité (14%) en baisse de 15 points par rapport à juillet.

Enquête réalisée en ligne les 24 et 25 août auprès d'un échantillon de 1 005 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.