JE SUIS D'ICI !

mardi 1 novembre 2016

Les champignons suisses tiennent la tête haute


Un ménage romand moyen achète 1,75 kg de champignons de Paris, en un an, contre 1,86 kg en Suisse allemande. (Image d'illustration) (photo: Keystone)


Les champignons, cultivés en Suisse, tiennent tête à la concurrence. Or ils coûtent trois fois plus cher que les champignons importés.

Les consommateurs attachent une grande importance à la fraîcheur des champignons, ainsi qu'à leurs aspects. Mais l'origine joue aussi un rôle important, a dit Fritz Burkhalter, secrétaire de la Fédération suisse des producteurs de champignons, dans un entretien avec le service d'information agricole alémanique (LID).

La production grimpe

La production des champignons de Paris en Suisse a augmenté au cours de la dernière décennie de près de 900 tonnes (13%) à 7804 tonnes: elle reste largement en tête des champignons comestibles frais produits en Suisse.

Le taux de croissance est aussi élevé pour les champignons «nobles» comme le pleurote en huître, qui a connu la hausse la plus forte, avec 84%. Il est suivi par le shiitake avec 70%. Les valeurs absolues restent cependant faibles en comparaison avec les champignons de Paris.

L'importation aussi

La hausse des importations de champignons de Paris est elle aussi impressionnante. En 2002/2003, elle se montait à 663 tonnes pour atteindre 2424 tonnes une dizaine d'années plus tard en 2014/2015, soit 3,7 fois plus. La majorité d'entre eux sont importés des Pays-Bas, suivis par la Pologne et l'Allemagne.

En Suisse, une petite différence de consommation existe entre les deux principales régions lingusitiques, selon l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG): un ménage romand moyen achète 1,75 kg de champignons de Paris, répartis sur cinq achats sur un an. En Suisse alémanique, la quantité grimpe à 1,86 kg et 6,3 achats.

Selon Nielsen Suisse, le chiffre d'affaires des champignons de Paris était d'environ 40 millions de francs en 2015 dans le commerce de détail, presque le double de celui des champignons blancs et mélangés. Les champignons de Paris, tous types confondus, représentent environ 75% du chiffre d'affaires total, et même 92% du volume des ventes.