JE SUIS D'ICI !

mardi 21 mars 2017

Malgré l'hiver maussade, les stations ne baissent pas les bras


«La saison n’a jamais vraiment commencé», déplore Antoine Micheloud, directeur des remontées mécaniques de Moléson. © Alain Wicht / «La Liberté»


Les exploitants des remontées mécaniques du canton tirent un bilan plutôt négatif de la saison, qui s'achève ces jours. Si l’hiver 2016-2017 s’est montré particulièrement avare en or blanc, les exploitants ne baissent pas les bras.

En moyenne nationale, les précipitations n’ont représenté que l’équivalent de 50% de la norme 1981-2010. Pour la Suisse romande, il s’agit de l’hiver le plus sec depuis 45 à 55 ans, selon MeteoSuisse. Avec un Noël vert, des conditions d’enneigement mitigées lors des vacances de carnaval et une fin de saison peu attrayante, les stations des Préalpes fribourgeoises ont globalement vécu un hiver ardu.

Malgré les hivers difficiles, les remontées des Préalpes nourrissent encore de nombreux projets. Du côté du Lac-Noir, le restaurant du Riggisalp fera l’objet d’un agrandissement, mis à l’enquête vendredi dernier. Moléson espère toujours pouvoir se doter un jour de canons à neige et Bellegarde a déjà commencé à récolter les fonds nécessaires au renouvellement – puis au développement – de son enneigement mécanique.

Du côté des Paccots et de Rathvel, on réfléchit à l'élaboration d'une carte journalière commune aux deux domaines. A Charmey, on vise à développer la saison estivale «pour ne plus être aussi tributaire de l’hiver». Enfin, à La Berra, on souhaite améliorer la liaison vers le gîte d’Allières. L’installation d’un tapis roulant destiné aux enfants dépendra des disponibilités financières.