Les statistiques des pannes automobiles 2018 sont arrivées sur : http://fiabiliteautomobile.blogspot.ch/CHU DE CHE / JE SUIS D'ICI / ICH BIN VON HIER !

dimanche 15 octobre 2017

L'agenda trop rempli des enfants est source de stress





Il faut ralentir le tempo des journées bien remplies des enfants et des adolescents, préconise la Fondation Pro Juventute qui lance vendredi une campagne de sensibilisation à destination des parents et des enseignants.
En Suisse, les plus jeunes sont soumis à un stress grandissant et le phénomène n'est pas sans conséquences, alerte Pro Juventute.

Avec des premières manifestations comme les problèmes de sommeil, les maux de ventre ou la peur d'aller à l'école, le stress des enfants et des adolescents peut mener à des difficultés plus graves comme des états dépressifs. Il doit donc être pris au sérieux.

"Sois actif et réussis!"

D'autant que le phénomène touche de plus en plus de jeunes en Suisse, où pas moins de 27% des enfants âgés de 11 ans souffrent d'insomnie liée au stress, selon les chiffres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Selon une autre étude, près de la moitié des adolescents se déclarent soumis à une pression excessive.

Selon Pro Juventute, la surchage du rythme de ces enfants et adolescents est en cause. L'injonction de réussite qui caractérise la société aujourd'hui touche également les plus jeunes, avec la multiplication des activités scolaires et extrascolaires ainsi que l'hypervigilance que supposent les nouveaux moyens de communication et les réseaux sociaux.

Du temps pour jouer et rêver

Tout cela crée un environnement où les enfants eux-mêmes intériorisent cette pression sociale. Ils font tout pour se conformer aux attentes des parents et des enseignants et se sentent obligés d'être actifs en permanence, voyant ainsi leur temps libre - vraiment libre - se réduire comme peau de chagrin.

Or, souligne Pro Juventute, études à l'appui, les enfants apprennent et se construisent également durant ce temps dévolu au jeu et à l'imaginaire,un temps essentiel à leur bon épanouissement.

Séverine Ambrus