Chu de che / Je suis d'ici / Sono di qui / Ich bin von hier !

samedi 17 février 2018

Personnes remarquables : les 1'300 salariés du centre hospitalier de Pontarlier


Les quelque 1 300 salariés du centre hospitalier de Pontarlier se sont mobilisés pour offrir au total 572 jours de repos à la maman de Maëlys



Les collègues de travail de la maman de Maëlys, la fillette tuée par Nordahl L. en août 2017, ont décidé de faire un geste de solidarité pour l'aider à traverser l'épreuve qui la touche.

Chacun des 1300 salariés du centre hospitalier de Pontarlier (Doubs) a ainsi donné en moyenne 2,27 jours de repos à la mère de la petite victime, à partir de son compte épargne temps. Au total, la mère de Maëlys s'est ainsi vu offrir 572 jours de RTT, soit un peu plus de deux ans de congé. Lancée en novembre 2017, cette initiative, qui émane des représentants du personnel, avait été acceptée par la direction.

«C'est venu tout naturellement parce que notre système de protection ne nous permet pas de nous absenter au-delà d'un certain nombre de jours, quelle qu'en soit la douloureuse cause», a expliqué à franceinfo Lydie Lefebvre, déléguée syndicale CGT du centre hospitalier, relate le Huffington Post.

À l’hôpital, on a bien conscience que le retour de Jennifer de Araujo reste hypothétique. Et que l’épuisement de ses droits est sans doute la dernière de ses préoccupations à l’heure actuelle. « Mais on se dit que, voilà, elle aura une chose de moins à gérer et c’est aussi pour marquer notre solidarité totale envers elle et l’épreuve terrible qu’elle est en train de vivre. »

Et pas besoin de la connaître personnellement pour se sentir concerné. « Je ne l’ai jamais vue », avoue même Cynthia, une infirmière croisée au hasard d’un couloir, « mais j’ai déjà rempli la feuille, j’ai donné un jour de travail. On est une bonne partie à l’avoir fait. Je suis maman moi aussi et ce geste, c’est la moindre des choses que l’on puisse faire. Encore plus pour une collègue. »

Grâce à cet élan de solidarité, la maman de Maëlys, infirmière de nuit, aura la possibilité de ne pas retourner au travail dans l'immédiat, sans voir son salaire diminuer. Elle pourra également choisir de reprendre une activité à temps partiel.

Egger Ph.