Chu de che / Je suis d'ici / Sono di qui / Ich bin von hier !

mardi 6 mars 2018

Les Suisses favorables à une redevance à 200 francs


L'analyse a été réalisée sur la base d'un sondage auprès de quelque 17'000 personnes, et rendue publique mardi par Tamedia



La redevance radio-TV doit être abaissée à 200 francs. C'est ce qui ressort d'un sondage réalisé le week-end dernier auprès de 17'000 personnes et publié mardi par Tamedia.

Les citoyens interrogés se sont vu poser diverses questions complémentaires, notamment sur le montant de la redevance radio-TV à l'avenir. A 62%, ils se sont déclarés pour, ou plutôt pour, une baisse à 200 francs par an. Dès 2019, le Conseil fédéral l'a fixé à 365 francs, contre 451 francs jusqu'à présent.

Une majorité un peu plus faible est pour ne pas trop toucher aux chaînes actuelles. Ainsi 58% des personnes interrogées sont opposées, ou plutôt opposées, à voir la SSR se limiter dorénavant à une chaîne par région linguistique et par média.

Les Suisses sont beaucoup plus clairs s'agissant de la publicité. A 72%, ils sont contre, ou plutôt contre, un renoncement complet de la SSR à la publicité télévisée. Quant aux médias privés en ligne, pas question pour eux de bénéficier de l'argent issu de la taxe, estiment 56% des personnes interrogées après leur devoir de citoyen dimanche.

Soutien seulement à l'UDC

Par ailleurs, l'initiative No Billag n'a trouvé une majorité qu'auprès des électeurs de l'UDC. Seuls ces derniers ont dit oui à 55%. A l'opposé, les partisans socialistes n'ont été que 9% à glisser un oui dans l'urne.

Sans y atteindre la majorité, l'initiative No Billag a toutefois fait un peu mieux que la moyenne (28,4%) parmi les votants âgés entre 35 et 49 ans, ainsi qu'auprès de ceux qui font généralement peu confiance au Conseil fédéral ou qui se positionnent très à droite. Elle a recueilli auprès d'eux 34% de oui.

Dans les campagnes, ils étaient encore 31% à voter oui. Dans les villes et les agglomérations, le taux d'acceptation a passé sous la barre, à 27% respectivement 25%.

Quelque 16'868 Suisses ont particié au sondage les 2 et 3 mars, via internet. Leurs réponses ont été pondérées sur la base de variables politiques, démographiques et géographiques. La marge d'erreur est de plus ou moins 1,9 point de pourcent.

ATS