Les statistiques des pannes automobiles 2018 sont arrivées sur : http://fiabiliteautomobile.blogspot.ch/CHU DE CHE / JE SUIS D'ICI / ICH BIN VON HIER !

mercredi 18 avril 2018

Le canton de Fribourg lance sa révolution numérique


Le Conseil d’Etat a placé la révolution 4.0 au centre de ses priorités pour la législature. Un volontarisme politique qui va entraîner des changements dans l’ensemble de l’administration
(Cliquez sur l'image pour agrandir)



Fribourg, sa cathédrale, son Moléson et son Gruyère. Voilà pour l’image d’Epinal. Une image qui n’est plus tout à fait d’actualité. Le canton souhaite concrétiser sa révolution numérique, sous le slogan «Fribourg 4.0». Dans une démarche volontariste, le Conseil d’Etat a ainsi inscrit cet objectif comme l’un des trois axes majeurs du programme de législature 2017-2021. «Il s’agit d’anticiper les besoins afin de permettre aux citoyens et aux citoyennes de bénéficier des avantages de ces technologies et des nouvelles prestations», peut-on y lire.

Moyens financiers

Cette volonté politique d’inscrire le canton de Fribourg dans le tournant numérique n’est pas qu’une profession de foi. Le gouvernement a choisi d’y consacrer des moyens supplémentaires. Il a augmenté le budget de son informatique de 45%, le faisant passer de 19,9 millions en 2017 à 28,8 millions cette année. «Une nouvelle hausse est également prévue pour 2019», promet le conseiller d’Etat Georges Godel, chargé tant des finances que des services informatiques.

Le magistrat a décidé de renforcer encore cet engagement en plaçant le 4.0 au cœur de son année de présidence 2018. En février, il organisait une journée au vert pour l’ensemble du gouvernement autour de cette problématique. La traditionnelle excursion d’été sera quant à elle dédiée à un voyage d’études en Estonie, pays à la pointe du numérique.

«Vu les enjeux, nous ne pouvons pas nous louper, lance encore Georges Godel. Evidemment, la question de la révolution numérique dépasse cette seule législature, mais il faut donner l’impulsion.» Pour le conseiller d’Etat, Fribourg a de nombreux atouts, notamment son réseau d’écoles et de centres de formation. Il aime rappeler qu’avec une moyenne d’âge située en dessous de 40 ans, son canton est le plus jeune de Suisse.

Application pour les permis de construire

A l’image d’autres cantons innovants, comme Genève qui expérimente en première suisse l’utilisation de la blockchain pour son Registre du commerce, Fribourg a multiplié les projets ces derniers mois. Un guichet virtuel est en phase de test auprès des employés de l’Etat, soit 19 000 utilisateurs internes. Depuis le 1er février dernier, 9 communes participent également à la phase pilote de l’application FRIAC, qui permet une gestion entièrement électronique des procédures de demandes de permis de construire. Un premier pas vers la réalisation d’une cyberadministration.

Des projets sont également menés autour de la numérisation dans le domaine de la santé (dossier électronique du patient), de la justice (e-justice) ou du contrôle des habitants (e-déménagement). Sans oublier la refonte complète du site internet du canton (www.fr.ch), prévu pour juin. «Actuellement conçu comme la réunion des sites des différents services, il deviendra un unique site institutionnel, avec une seule identité visuelle et un comité rédactionnel commun», relève Michel Demierre, chef du Service de l’informatique et des télécommunications (SITel).

Association intercantonale

Pour la chancelière Danielle Gagnaux-Morel, cette transversalité imposée par la révolution 4.0 est le principal défi dans une administration cantonale où les quelque 160 services ont jusqu’ici «travaillé en silo», indépendamment les uns des autres. Elle demeure confiante. Fribourg est depuis longtemps attentif aux évolutions numériques. Le gouvernement fonctionne «sans papier» depuis plusieurs années. En 2015, un secrétariat à la cyberadministration est créé. Deux ans plus tard, le 23 octobre 2017, Fribourg et le Jura fondent à Delémont iGovPortal.ch, la première association intercantonale en matière de cyberadministration.

Yan Pauchard