Chu de che / Je suis d'ici / Sono di qui / Ich bin von hier !

vendredi 25 mai 2018

Les Suisses ont confiance en leur avenir




Les Suisses n'ont jamais été aussi optimistes face à leur avenir et à celui du pays (87%). En 2018, 95% des citoyens se sentent en sécurité, autant seuls la nuit que dans les espaces publics.

Dans les lieux publics, ce sentiment est même en hausse de 4% en 2018 (83%). Toutefois, près de 90% des personnes interrogées sont d'avis que la lutte contre le terrorisme est l'extrémisme politique doit être renforcée.

Elles reconnaissent également que malgré toutes les mesures de sécurité, il existe toujours un risque et qu'il faut vivre avec. Plus de deux tiers des sondés sont d'avis que de meilleures opportunités d'éducation diminueraient le terrorisme dans le monde.

C'est ce que révèle l'étude "Sécurité 2018" de l'académie militaire et du Center for Security Studies de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), présentée vendredi à Berne.

Plus confiants

Parmi les institutions et les autorités, la police est toujours celle qui bénéficie du plus haut degré de confiance au sein de la population (7,9 sur 10), suivent les tribunaux (7,4) et le Conseil fédéral (7). Le classement de tête reste inchangé par rapport à 2017.

Pour la première fois, les citoyens accordent significativement plus de confiance aux médias (5,7 contre 5,5 un an auparavant). Ces derniers précèdent les partis politiques qui ferment la marche (5,5).

Armée nécessaire

Comme les années précédentes, les Suisses portent un regard positif sur l'armée. Elle est nécessaire pour 81% des sondés. Près de huit jeunes de 18 à 29 ans sur 10 soutiennent la milice, soit une augmentation de 10% par rapport à l'année précédente. Ils étaient jusqu'à présent plus sceptiques que les générations plus âgées.

Pour 43% des sondés, l'armée joue un rôle essentiel dans la vie du pays. Par ailleurs, près de trois personnes sur quatre estiment que la qualité des informations fournies est excellente, révèle l'étude. Une majorité souhaite être informée des activités des soldats.

La neutralité est soutenue presque à l'unanimité. Pour la majorité, elle est liée à l'identité de la Suisse et permet à notre pays de jouer un rôle de médiateur dans les conflits.

L'étude est menée depuis 1999. Au total, 1209 citoyens ont été interrogés entre le 4 et le 30 janvier 2018.

ATS