Chu de che / Je suis d'ici / Sono di qui / Ich bin von hier !

mercredi 19 septembre 2018

Benalla devant le Sénat : l’audition du gendre idéal


Le grand public qui attendait du sang sur les murs du Sénat a de quoi être déçu car la mise à la question extraordinaire d’Alexandre Benalla a bien failli se terminer en anesthésie générale. Après les propos fracassants, la semaine dernière, de l’ancien conseiller du Président et les déclarations énervées des Castaner et Belloubet au sujet de la légitimité de cette commission d’enquête sénatoriale, on attendait du grand, du beau spectacle. Eh puis non. Remboursez, s’écrit le badaud !

Par exemple, on aurait eu un Benalla qui serait resté muet comme une carpe, cela aurait eu de la gueule. D’autant qu’il avait fixé lui-même les limites de l’exercice : il ne répondrait pas aux questions relevant de l’enquête judiciaire en cours, du secret professionnel et du secret de la défense nationale. En gros, au mieux, il nous donnerait l’adresse de son tailleur, et encore !

En fait, il a été bavard comme une pie sur son rôle de coordonnateur et de « facilitateur » dans les déplacements du Président. Bavard, courtois, souriant, gentil comme tout, s’excusant, dans son propos liminaire, d’avoir traité Philippe Bas de « petit marquis » et les sénateurs de « petites personnes » et confessant un « profond respect pour le Sénat ». Tu seras bien poli avec ces messieurs-dame, hein, Alexandre ! Un zest de larmes aurait été bien vu.

Bavard comme une pie mais rien qui casse trois pattes à un canard. Finalement, la seule révélation de cette audition devant la commission de la chambre haute aura été Alexandre Benalla lui-même. Car, il faut bien le reconnaître, le bel Alexandre, du haut de ses 27 ans, a tenu deux heures et demi, face à une cinquantaine de sénateurs faisant deux fois son âge, sans se laisser démonter, retourner ou désarçonner. Le coaching, décidément, fait des miracles. Il faut dire aussi que cela ne ressemblait pas à un interrogatoire dans les sous-sols de la rue Lauriston et que l’on a vu des grands oraux autrement plus sportifs.

Que retenir alors de cette audition ? En creux, d’abord, que Christophe Castaner peut incontestablement postuler pour la charge de premier bouffon de la République en marche et, tant qu’à faire de la République tout court. En effet, la semaine dernière, le secrétaire d’État aux Relations avec le Parlement pointait du doigt, à travers la mise en œuvre de cette commission, ceux qui voulaient destituer le chef de l’État. Carrément. Au rythme sénatorial de ce qu’on a vu ce mercredi, Emmanuel Macron est tranquille !

Ensuite, que le Sénat a quand même donné une bonne leçon de respect des institutions. Il n’avait pas besoin des leçons pontifiantes de Mme Belloubet sur la séparation des pouvoirs exécutif, législatif et de l’autorité judiciaire. Ne serait-ce qu’à travers le périmètre de cette commission qui excluait l’affaire de la Contrescarpe, à la grande différence de la jus-de-boudinée commission d’enquête de l’Assemblée nationale présidée par une députée macroniste. C’est probablement parce qu’ils ont voulu rester dans les clous, que les sénateurs ont évité le bain de sang espéré.

Maintenant, sur le fond, qu’a-t-on appris ? Pas grand-chose. Si, tout de même, sur la place d’Alexandre Benalla dans le dispositif macrono-élyséen. Une place conquise en montant « un étage avec l’ascenseur social ». Pour un jeune sportif comme lui, il aurait pu prendre l’escalier ! On sait désormais qu’il n’a jamais été le garde du corps d’Emmanuel Macron. Son port d’arme ? C’était pour sa sécurité personnelle car il se sentait exposé… Cette affirmation mériterait d’être creusée. Comme Michel Charasse, le conseiller jadis de Mitterrand, nous dit-il. Benalla sait trouver les bonnes comparaisons qui lui permettent de se donner une certaine importance. Et si les attendus de l’arrêté de la préfecture de police qui lui a octroyé cette autorisation de port d’arme évoquent ses fonctions de sécurité à l’Élysée, ce n’est pas de sa faute, monsieur.

S’il s’agissait de démontrer qu’Emmanuel Macron n’avait pas admis dans son premier cercle une petite frappe, l’exercice est réussi. Le gendre idéal, cet Alexandre Benalla ! Un grand merci au coach.

Benalla, ou la confusion entre produits dérivés et la dérive du produit

Avec la découverte de l’émission « Quotidien », une corde est venue s’ajouter à l’arc pourtant déjà bien fourni d’Alexandre Benalla. Après s’être procuré le dossier pénal de l’affaire, les journalistes ont révélé que l’employé multi-fonction de l’Élysée avait déclaré aux policiers : « J’ai sous ma responsabilité la mise en place d’une boutique en ligne et le projet d’une boutique physique ayant pour objet la vente de produits dérivés. »

« Pour faire simple, dites-nous les postes que vous n’occupez pas. » Face à lui, les enquêteurs peinaient à dresser la liste. Garde du corps à pied, à cheval, en voiture, à vélo, organisateur de la descente des Champs-Élysées de l’équipe de France, de la cérémonie de Simone Veil, presque sous-préfet, secrétaire particulier, habilleur, livreur, plongeur… Les policiers n’y arrivaient plus. En perdaient leur latin. « Ecoutez, faisons simple, dites-nous les postes que vous n’occupiez pas. »

La longue expérience en marketing d’Alexandre Benalla le prédisposait tout naturellement à la prise en charge du secteur « produits dérivés ». Ses cinq années dans une école de commerce du Groenland, sa connaissance du Touquet, son sens inné de l’équilibre à bicyclette aux côtés de madame Macron et jusqu’à sa prestation place de la Contrescarpe que certains ont qualifiée de dérive… Tout désignait le personnage à la gestion des boutiques de produits « made in Élysée ».

Sous la menace d’un mug ébréché, quel visiteur des Journées du patrimoine aurait eu l’audace de refuser d’acheter un petit quelque chose ? La matraque « Souvenir de Benalla » en cours de fabrication à Taïwan a dû être stoppée net suite aux révélations du Monde de juillet alors que de nombreux militants de La manif pour tous avaient déjà commandé le produit sur Internet. Face à ce gâchis, les élus LREM ont décidé de boycotter l’audition du mis en cause au Sénat. Désapprobation ou crainte qu’il ne sache pas son texte ? Pour cette nouvelle apparition en public, les communicants de l’Élysée ont dû remanier les éléments de langage élaborés pour le 20 heures de TF1. Trouver une autre paire de lunettes, des ficelles encore plus fines pour manipuler la marionnette…

Avec Benalla, Emmanuel Macron a inauguré la fonction de « Meilleur ami du Président ». Le MAP. Au-dessus des lois, au-dessus des protocoles, carte de « Meilleur ami » en poche, l’heureux élu est le Moïse devant qui s’effacent les tracas hiérarchiques. Nommé aux postes les plus incongrus, attaché de ceci ou de cela, ambassadeur des Auvergnats exilés en Papouasie, patron des produits dérivés, Emmanuel Macron laissait libre cours à son imagination. L’intéressé pouvait se réveiller secrétaire d’État et s’endormir « Observateur du réchauffement climatique ». La difficulté du métier consistant à se souvenir du titre ronflant octroyé pour la journée qui commence. La mission devenait impossible…

En signe de reconnaissance à son bienfaiteur immaculé, Alexandre Benalla aura sans doute le bon goût de se présenter face aux sénateurs vêtu d’un tee-shirt « Macron si beautiful ». Ému d’être passé à côté d’une responsabilité prestigieuse…

Georges Michel
Jany Leroy