Chu de che / Je suis d'ici / Sono di qui / Ich bin von hier !

samedi 20 octobre 2018

Comment les CFF comptent offrir l’accès à internet dans les trains


La nouvelle app FreeSurf CFF pour se connecter gratuitement à internet à bord des trains (Source: CFF)


Il n’y aura finalement pas de Wi-Fi dans les trains suisses. Mais les CFF vont tester l’année prochaine une autre solution pour donner gratuitement l’accès à internet à leurs usagers. Pour cela 900 émetteurs beacon seront installés dans les 44 trains InterCity pour localiser les smartphones des voyageurs qui auront installé l’application FreeSurf CFF (à laquelle ils pourront s’inscrire à l’aide de leur numéro de téléphone). A travers celle-ci, ils seront invités à confirmer qu’ils désirent utiliser l’accès gratuit à Internet. Une validation leur sera alors envoyée leur indiquant qu’ils peuvent désormais surfer gratuitement.

Partenariats avec les opérateurs

Pour offrir ce service, les Chemins de fer fédéraux s’appuient sur la bonne couverture 3G/4G et bientôt 5G sur les lignes ferroviaires (97% aujourd’hui, 99% prévus pour 2020) et des partenariats établis avec Salt et Sunrise. En 2019, les abonnés de ces deux opérateurs pourront participer au projet pilote qui concernera les lignes InterCity IC5 (Zurich – Genève, Saint-Gall – Lausanne) et IC51 (Bâle – Bienne). «Des discussions sont en cours avec d’autres opérateurs de téléphonie mobile, notamment Swisscom», précise le communiqué de l’entreprise ferroviaire qui compte proposer cet accès gratuit à Internet dans tous les trains grandes lignes à partir de 2020, si le test est concluant.

Cette solution mobile a été préférée à l’installation de routeurs Wi-Fi qui supporteraient difficilement la demande des nombreux voyageurs désireux de se connecter. «La solution visée offrira aux clients une connexion Internet plus rapide et plus fluide à bord des trains, avec une plus grande largeur de bande que le WLAN», détaille la société fédérale. Et pour améliorer l’accès au réseau, 94% des trains seront dotés d’amplificateurs de signal et «des vitres traitées au laser présentant une meilleure perméabilité aux ondes seront installées.»

Un peu de Wi-Fi quand même

Pour les voyageurs ne disposant d’une carte SIM suisse (les touristes par exemples), «une solution hotspot mobile sera également testée», indiquent les CFF. Et un hotspot n’est pas autre chose qu’une borne Wi-Fi. Comment l’entreprise va-t-elle empêcher les possesseurs d’une carte SIM suisse de s’y connecter? Et ces points d’accès seront-ils capables d’assumer la charge non seulement des touristes mais aussi de tous les voyageurs qui veulent se connecter avec leur laptop (non doté d’une carte sim)? L’histoire ne le dit pas.

L’opérateur ferroviaire a aussi retenu la solution Wi-Fi (routeurs WLAN) dans les trains internationaux qui, en circulant à l’étranger, traversent des zones mal couvertes par les réseaux mobiles. Les connexions de ce type devraient arriver à bord des trains Giruno et ETR 610 fin 2019, puis dans les TGV Lyria l’année suivante.