Chu de che / Je suis d'ici / Sono di qui / Ich bin von hier !

jeudi 1 novembre 2018

Gruyères; la facture d'eau a presque triplé d'une année à l'autre


Dans certaines communes, la facture d'eau a pris l'ascenseur. (Photo: Keystone)


De 340 francs à 895 francs, l'augmentation est de 263%. Un citoyen de la commune de Gruyères (FR) a vu sa facture pour l'eau et l'épuration presque tripler d'une année à l'autre. Et d'autres habitants de la commune ont été confrontés à des montants encore plus exorbitants. «Je suis le premier concerné, explique le syndic Jean-Pierre Doutaz. Pour mon entreprise, je payais également 340 francs et j'ai maintenant reçu une facture de plus de 2000 francs.»

Si les réclamations affluent depuis quelques jours auprès des autorités communales, cette augmentation a néanmoins été annoncée par courrier et dans le journal local, depuis que la décision de modifier le règlement a été prise en 2016. «En fait, nous nous sommes simplement adaptés à la nouvelle législation cantonale et fédérale. Certaines communes l'ont fait avant nous, et d'autres le feront prochainement», poursuit le syndic.

Indice revu à la baisse dès 2019

La différence entre les montants 2017 et 2018 réside essentiellement dans la création d'une nouvelle taxe, destinée à créer des provisions pour la rénovation des infrastructures. Et elle est calculée en fonction de la surface des parcelles. Ainsi, plus le terrain d'un contribuable est grand, plus grande est l'augmentation. «Néanmoins, l'indice de 50 centimes par m2 que nous avons utilisé semble trop important. Nous allons donc le revoir à la baisse dès 2019. D'ailleurs, une information en ce sens sera envoyée aux citoyens dès mercredi», souligne Jean-Pierre Doutaz. A noter que la commune promet aussi d'accorder des échelonnements du payement à ceux qui en feront la demande.

En outre, les contribuables de Gruyères payent un montant forfaitaire annuel de 200 francs, pour 125 m3 d'eau. Puis, si le total d'or bleu utilisé excède ce volume, le dépassement est facturé 1,80 fr./m3. «Ce système n'encourage en rien le citoyen à accomplir des efforts pour faire des économies. Au contraire, celui qui en fait se retrouve désavantagé», indique le citoyen dont la facture a triplé.

Même s'il comprend que certains se sentent lésés, le syndic indique qu'il y a encore plus mal lotis que ce citoyen: «Ce système est spécialement injuste pour ceux qui ont une résidence secondaire et qui ne consomment que quelques litres par an.»