Chu de che / Je suis d'ici / Sono di qui / Ich bin von hier !

dimanche 30 décembre 2018

Les conducteurs d'une voiture automatique pourront conduire des véhicules manuels



Chaque conducteur a déjà calé au moins une fois à un feu de signalisation. Dès le 1er février, ce genre de situations devraient se multiplier à travers le pays, écrit «Blick» ce vendredi. Car dans un peu plus d'un mois, tous les conducteurs, même ceux ayant passé leur examen pratique avec une voiture automatique, pourront se mettre au volant d'un véhicule manuel. La mention sera supprimée de leur permis de conduire. Les automobilistes, dont le permis mentionne cette restriction, pourront la faire retirer si aucune raison médicale ne s'y oppose. Les nouveaux conducteurs pourront eux aussi conduire des voitures manuelles sans jamais avoir conduit un véhicule du genre.

Rolf Portmann, président de la communauté d'intérêt regroupant les prestataires de cours de répétition, est très inquiet. Interrogé par le journal alémanique, il critique: «Avec ce changement, il y aura des morts.» Il craint que les conducteurs n'étant pas habitués aux voitures manuelles mettent en danger les autres usagers de la route. Il rappelle par ailleurs que les élèves conducteurs apprenant à conduire avec une auto manuelle nécessitent en moyenne dix heures de conduite de plus que les autres roulant en voiture automatique.

Risque d'accidents de la route

Même son de cloche auprès du Bureau de prévention des accidents (bpa). Il craint lui aussi que cette modification augmentera le risque d'accidents de la route.

Contacté, l'Office fédéral des routes (Ofrou) justifie son choix de la sorte: «De nos jours, les différences d'une marque de voiture à une autre sont si grandes que le type de boîte de vitesses n'a plus une grande importance.» Pour Rolf Portmann, cette explication ne tient pas la route: «Toute personne qui a déjà conduit les deux types de voitures sait à quel point ça change.»

Une modification qui intervient «trop tôt»

Daniel Menzi, directeur de l'association suisse des moniteurs de conduite, affirme pour sa part: «En soi, nous n'avons pas de problème avec le nouveau changement. Car au final, ce n'est qu'une question de temps pour que les voitures automatiques soient majoritaires en Suisse.» Il ajoute cependant:« A notre avis, cette modification arrive trop tôt.» En 2017, les voitures automatiques ne représentaient en effet qu'un quart de la totalité des véhicules en Suisse.