Chu de che / Je suis d'ici / Sono di qui / Ich bin von hier !

dimanche 28 avril 2019

Les conseillers d’Etat sont favorables à renoncer à leurs rentes à vie


Dans le canton de Fribourg, le salaire d’un conseiller d’Etat s’élève à 256’000 francs par année. © Alain Wicht


Les conseillers d’Etat fribourgeois ont indiqué vendredi être disposés à renoncer à leurs rentes à vie. A la place, ils s’affilieraient à la Caisse de prévoyance du personnel de l’Etat de Fribourg.

Selon les dispositions actuelles, s’ils quittent le pouvoir après l’âge de 50 ans ou après au moins dix années de fonction, les ministres cantonaux ont droit à une pension viagère équivalant au maximum à 60% de leur dernier traitement (le salaire annuel d’un conseiller d’Etat s’élève à 256’000 francs). Si les conditions précitées ne sont pas réunies, les ministres reçoivent, sous différentes formes, une somme pouvant aller jusqu’à trois ans de salaire.

Mais une motion du libéral-radical Romain Collaud et du démocrate du centre Nicolas Kolly demande l’abolition des rentes à vie des hauts magistrats. L’Exécutif se dit ouvert à un changement de système, en l’occurrence à une affiliation des magistrats à la caisse de pension cantonale. «Le régime de la prévoyance professionnelle est un système global qui prend en compte les diverses situations de la vie susceptibles de se présenter comme la problématique du concubinage ou celle de l’utilisation des moyens de la prévoyance pour l’acquisition du logement», souligne-t-il.

Derniers bastions romands 

Outre Fribourg, les seuls cantons qui versent encore des rentes à vie à leurs anciens conseillers d'Etat sont Vaud, Genève, Neuchâtel, Berne, les Grisons, Schwytz et le Tessin, chacun selon des conditions et montants différents. Dans le reste de la Suisse, c'est la caisse de pension ainsi qu'une indemnisation ou rente intermédiaire qui ont court. Seule exception: le Valais. Aucune rente ou indemnité n'y est prévue, mais le salaire a été revu à la hausse à titre de mesures compensatoires. Les deux motionnaires fribourgeois avaient envisagé cette option, mais le gouvernement n'en veut pas: les élus du gouvernement trouvent que leurs propres salaires n'ont pas à être augmentés.

Egger Ph.