Chu de che / Je suis d'ici / Sono di qui / Ich bin von hier !

mercredi 1 mai 2019

Conforama dans la ligne de mire de la FRC


Parfois, le prix de base est gonflé pour faire croire à des soldes. (Photo: FRC)


Plus de 350 produits dans 15 filiales de quatre enseignes différentes: c'est le terrain de recherches sur lequel s'est focalisé la Fédération romande des consommateurs (FRC) afin d'y dénicher des faux soldes ou des indications trompeuses des prix. Les magasins Fust, M-electronics, Interdiscount et Conforama ont été passés sous la loupe lors d'une enquête de plus d'un an.

Et les résultats sont sans appel. «L’enseigne qui nous a donné le plus de fil à retordre est Conforama. Nous y avons relevé plusieurs pratiques douteuses», explique la FRC dans son grand dossier publié mardi. Sur les 160 produits dont les données ont été relevées dans ces magasins, un quart ne respecterait pas la loi.

Prix gonflés artificiellement

Premier exemple: le prix de base avant soldes. Dans plusieurs cas, celui-ci aurait été artificiellement gonflé. Le prix soldé, lui, correspondait au prix de base pratiqué par la concurrence. Deuxième souci: la durée de l'action. La loi limite les réductions de prix promotionnelles à deux mois. Des cas montrent que ce point n'a pas été respecté. La FRC donne l'exemple d'un frigo, vendu à prix réduit au mois d'avril 2019. Interrogé, Conforama a alors expliqué que l'article était vendu au rabais depuis le mois de juillet de l'année précédente. Enfin, des cas ont été révélés où le prix affiché comme étant celui de base n'a jamais été pratiqué. Ce qui est interdit.

«Conforama nous a indiqué que les prix étaient décidés au niveau suisse, ce qui tendrait à démontrer que la tromperie est nationale. Tout cela alors que la direction nous assure que son personnel est formé à l’Ordonnance sur l'indication des prix», note la FRC.

Les cas repérés dans les magasins Fust, M-electronics et Interdiscount ont été dénoncés à la Police du commerce. Mais dans le cas de Conforama, l'association de défense des consommateurs considère ses relevés comme si graves qu'elle a décidé de déposer une plainte pénale pour concurrence déloyale.



Amendes trop faibles

Car les violations de l'Ordonnance sur l'indication des prix peuvent mener à une amende de 5000 francs au maximum pour un magasin. Le cas s'était produit avec des pratiques du genre à l'échelle nationale chez Ochsner. Le magasin avait dû s'acquitter d'une amende de 4000 francs Selon la FRC, ces montants créent un sentiment d'impunité auprès des entreprises.

«Si la plainte pénale aboutit, la peine pourrait atteindre un montant important, ce qui dissuaderait les entreprises de prendre des libertés avec la loi», explique dans le magazine «Mieux choisir» Marine Stücklin, responsable Droit et politique à la FRC. L'association rappelle du reste que tout un chacun peut dénoncer en ligne des cas de soldes suspects.

No comment 

La FRC a dévoilé le dossier mardi matin dans un communiqué et dans un dossier, publié dans son magazine «Mieux choisir». Elle a eu contact à plusieurs reprises avec Conforama pendant son enquête. Sollicitée mardi par «20 minutes», la direction de Conforama Suisse a refusé de s'exprimer. «Nous n'avons pas encore été notifiés de cette plainte et ne pouvons donc faire de déclaration à ce stade», a-t-elle répondu à la mi-journée.