Chu de che / Je suis d'ici / Sono di qui / Ich bin von hier !

mardi 4 juin 2019

Toute nouvelle antenne 5G dans le canton fera l'objet d'une mise à l'enquête publique




Depuis plusieurs semaines, le déploiement d'antennes 5G fait débat, et inquiète. Le canton de Fribourg a fini par prendre position ce lundi. Il n'annonce pas de moratoire, comme dans le canton de Genève par exemple, mais il exige plus de transparence sur la question.

Dangereux ou pas pour la faune et la santé, telle est la question. Mais, pour l'instant, la réponse se fait attendre. En effet, le rapport demandé par l'Office fédéral de l'environnement sur la technologie 5G n'arrivera pas avant cet été. D'un côté, certains estiment donc qu'il vaut mieux appliquer le principe de précaution, et poser un moratoire à l'installation des antennes nécessaires à son déploiement. D'autres, au contraire, considèrent qu'il n'y a pas lieu de tergiverser.

Face à ce dilemme, le Canton de Fribourg a décidé de jouer la transparence. Dès aujourd'hui et jusqu'à nouvel avis, toute nouvelle installation ou modification d'antenne ne pourra se faire qu'après obtention d'un permis de construire et donc d'une publication dans la Feuille officielle. Ainsi, durant 14 jours, tout un chacun sera libre de formuler une opposition. De plus, les communes ont également la possibilité, de leur côté, de préciser dans leur Règlement d’urbanisme, les conditions pour implanter des antennes de téléphonie mobile (par exemple à l’écart des zones résidentielles ou des zones d’intérêt général).