CHU DE CHE / JE SUIS D'ICI / ICH BIN VON HIER / SONO DI QUI / JAU STUN MALQUA E / I AM FROM HERE !

samedi 21 juillet 2018

La cheminée de "Cardinal" à Fribourg menace de s'effondrer


La cheminée en briques de l'ancienne brasserie Cardinal menace de s'effondrer


Emblème industriel et monument protégé, la fameuse cheminée en briques de l'ancienne brasserie "Cardinal" à Fribourg s'effrite et menace de s'effondrer. Un échafaudage de 50 mètres de haut vient d'être installé.

Cette cheminée avait été mise en fonction en 1906. Elle avait même été rehaussée avant d'être définitivement éteinte en 2011, date de la fermeture de la brasserie

La cheminée souffre de l'arrêt de la production Cardinal qui la maintenait à bonne température, 7 jours sur 7 et 24 h sur 24, a expliqué Nicolas Rudy, chef de projet à Bluefactory, site d'innovation implanté sur le périmètre de l'ancienne brasserie, dans le 12h30 de samedi.

"Comme la cheminée n'est plus tempérée et qu'elle est en terre cuite essentiellement, elle se gorge d'eau par capillarité. Elle gèle donc en hiver et au dégel on retrouve des petits morceaux tout autour de la cheminée".

Un échafaudage tout autour de la cheminée a donc été installé. Il est fixé sur le modèle des ponts suspendus et ne s'appuie pas contre la cheminée. Les travaux devraient durer plusieurs mois.

Outre sécuriser les alentours de la cheminée, cet échafaudage permettra de mieux observer l'ouvrage et trouver la meilleure solution pour le restaurer.

Après les emblèmes fribourgeois que sont le funiculaire et la fontaine Tinguely, c'est donc au tour de la cheminée de la brasserie du Cardinal de souffrir des assauts du climat.

1904 : La Brasserie est transférée vers un site proche de la gare de Fribourg
Photo © Swissair (aux environs des années 1930-1934)
Document aimablement mis à disposition par Monsieur Pierre Jacob


Fabrice Gaudiano

vendredi 20 juillet 2018

Une bière parfaite



Egger Ph.

Le canton de Fribourg pressé d'imposer la gratuité du matériel scolaire


Image: Salvatore Di Nolfi - Keystone


Un arrêt du Tribunal fédéral impose la gratuité du matériel pour tous les élèves. Dans le canton de Fribourg, les règles changent dès la rentrée, mais des communes sont prises de court. Résultat: les parents reçoivent parfois des informations contradictoires.

Isabelle Colliard est ce qui s’appelle une maman organisée. D’habitude, cette mère de famille à la tête de la Fédération des associations de parents d’élèves de Fribourg refait le stock de fournitures scolaires de ses filles dès le début des grandes vacances. Mais cette année, elle est un peu empruntée: "D’après la liste que mes filles ont reçue en fin d’année scolaire, on est censé leur donner uniquement un sac d’école, un plumier vide, enfin les fournitures de base qui ont été recensées par la Direction de l’instruction publique de la culture et du sport (DICS) du canton de Fribourg. Mais pour les feutres, les crayons etc. avec lesquels elles sont revenues et que je dois compléter normalement, je ne sais pas quoi faire", explique Isabelle Colliard au 19h30 de la RTS jeudi.

Surcoût

En cause, un arrêt du Tribunal fédéral (TF) de décembre dernier qui impose la gratuité du matériel scolaire dont l'urgence et l'interprétation divergent. Le canton de Fribourg souhaite appliquer dès la rentrée le texte, qui a déjà suscité beaucoup de discussions parce qu’il impose également la gratuité des camps et sorties scolaires. La DICS a donc annoncé en juin que tout le petit matériel devait être gratuit pour les élèves dès la prochaine rentrée. Ce qui, d’après les estimations du canton, devrait générer un surcoût à charge des collectivités de l’ordre de 1,3 million de francs par an.

"Ce qui change fondamentalement à la rentrée scolaire, c’est la gratuité notamment pour les fournitures scolaires, c’est-à-dire que les crayons, les équerres, les gommes et autres ciseaux sont mis à disposition gratuitement par les collectivités publiques, notamment ici les communes", détaille Hugo Stern, chef du Service de l’enseignement obligatoire de langue française. Mais pour certaines communes, ce délai est trop court. Résultat, les mots d'ordre à l’intention des parents peuvent être totalement contradictoires.

La ville de Bulle ne parviendra ainsi pas à financer ces dépenses supplémentaires d’ici au mois d’août. "Pour la prochaine rentrée, le Conseil communal a pris la décision, un peu par obligation, de poursuivre la facturation du matériel scolaire aux parents", explique David Seydoux, conseiller communal en charge de la Formation. "Il s’agit simplement d’un problème de délai de mise en œuvre. Devoir organiser tout cela pour 2000 élèves entre le mois de juin et le mois d’août, c’est quasiment impossible. De notre pointe de vue, il y a de la part du Département de l’instruction publique un manque de réalisme et un manque d’expérience de terrain pour dire que c’est possible." Les parents de certains élèves ont donc reçu des listes de matériel à acheter pour la prochaine rentrée.

Exception fribourgeoise

En Suisse romande, le canton de Fribourg est le seul à vouloir changer les règles dès la prochaine rentrée, mais l’arrêt du TF remet aussi en cause les systèmes d’autres cantons. En Valais, la pratique varie selon les communes et certaines ne prennent pas en charge toutes les fournitures scolaires. Un groupe de travail a récemment rédigé un rapport sur l’arrêt du TF et ses effets, actuellement aux mains du Conseil d’Etat. "Nous devrons ensuite discuter avec la Fédération des communes, notamment à propos de la répartition des coûts supplémentaires engendrés par cet arrêt", explique Jean-Philippe Lonfat, chef du Service de l’enseignement.

Dans le canton de Vaud, le service juridique du Département de la formation est en train d’étudier l’impact de l’arrêt sur les contributions qui peuvent être demandées aux parents au niveau du matériel. "Les fournitures scolaires de type crayons de couleur, plume ou colle sont distribuées gratuitement aux élèves. En revanche, le canton peut demander aux parents une contribution, de 30 à 100 francs par an et par enfant selon le degré scolaire, pour des équipements personnels comme par exemple des pantoufles de rythmique", explique Serge Martin, directeur général adjoint de l’Enseignement obligatoire.

A Berne, les communes fournissent cahiers, livres et manuels. Le principe de la gratuité vaut aussi pour le matériel d’écriture, mais dans les faits, les parents en achètent l’essentiel (crayons, feutres, plume, etc.). En conséquence, les communes ne distribuent pas ce matériel de manière systématique. "La pratique varie selon les communes et nous n’avons pas de vue d’ensemble. Toutefois, si un parent ne peut pas ou ne veut pas payer le matériel d’écriture, l’école doit déjà le lui fournir ", explique Susanne Müller, cheffe suppléante de l’Office de l’enseignement obligatoire. "Dès lors l’arrêt du Tribunal fédéral n’aura aucun impact au niveau du matériel scolaire."

Dans les cantons de Genève, de Neuchâtel et du Jura, aucun changement n’est attendu dans la mesure où les fournitures scolaires sont déjà entièrement financées par les collectivités.

Linda Bourget

jeudi 19 juillet 2018

"Coller" les autres véhicules, çà coûte très très cher en Suisse!


"coller" les véhicules sur l'autoroute,
avis aux amateurs qui veulent alléger leur compte en banque


Sa virée dans la région de Fricktal (AG) lui coûtera bonbon. En août 2014, un Zurichois avait trop collé divers véhicules sur l'A3 alors qu'il roulait entre 100 et 130 km/h. Selon un récent jugement du Tribunal fédéral (TF), rendu public par l'«Aargauer Zeitung», seule une dizaine de mètres séparaient l'automobiliste des autres voitures.

Les juges de Mon-Repos viennent de débouter l'homme, qui avait fait recours contre les jugements prononcés en 1ère et 2e instances. Le Tribunal de district de Rheinfelden tout comme le Tribunal cantonal argovien l'avaient reconnu coupable pour avoir trop collé les autres usagers de la route, mettant des personnes en danger.

Malgré des preuves vidéo à l'appui, l'automobiliste s'est battu jusqu'à la fin pour faire réduire sa peine, estimant qu'il s'agit d'une infraction légère. Mais le TF n'a pas partagé son avis. Il a finalement confirmé la peine prononcée en 2e instance: une peine pécuniaire avec sursis de 26'100 francs et une amende de 6500 francs. Le Zurichois devra aussi s'acquitter des frais de justice de 3000 francs. A bon entendeur...


Le lac de Schiffenen arbore une couleur étrange




«C'est quoi cette eau brune dans le lac de Schiffenen? Est-ce qu'une pollution a causé cette coloration?»

Afin d'en savoir un peu plus, nous avons contacté le service cantonal fribourgeois en charge du lac. Les employés se disent «irrités»: «Nous allons immédiatement contacter un expert pour savoir ce qui s'est passé», affirme Rachel Bruhlhart, porte-parole du canton. «Nous informerons la population au plus vite s'il s'agit réellement d'une pollution de l'eau.»

Ce n'est pas la première fois que les autorités fribourgeoises font des analyses dans le lac de Schiffenen.

Le trafic sera perturbé à Lavapesson




L’entrée et la sortie « Fribourg-Nord » sur l’autoroute en direction de Berne seront fermées de vendredi soir à 22h jusqu'à lundi matin à 5h.  Des travaux conséquents sur le pont du Lavapesson en sont la cause. L’ouvrage sera lui aussi totalement fermé à la circulation. Une déviation sera mise en place pour les automobilistes.

Ces travaux auront aussi des conséquences sur les usagers des TPF qui circulent sur les lignes 1 et 5.