JE SUIS D'ICI !

mercredi 20 septembre 2017

Personne admirable : Monsieur Kévin Philippy


«J'ai cru mourir, ils visaient délibérément ma tête pour me faire tomber et m'achever»

Kévin Philippy, courageux face à la horde des lâches



Kévin Philippy, l'adjoint de sécurité attaqué avec une collègue quai de Valmy lorsque sa voiture de police avait été incendiée en mai 2016, a livré son témoignage à la barre alors que sont jugés les suspects ayant participé à cette agression.

Le «policier kung-fu», comme il avait été surnommé par la presse, a été appelé le 20 septembre pour témoigner au procès de l'attaque du quai de Valmy de mai 2016. En dépit du courage dont il a fait preuve ce jour-là, Kévin Philippy a révélé avoir été choqué par cette agression, ce qui lui vaut d'être suivi par un psychologue.

Partie civile dans le procès, Kévin Philippy est donc revenu sur le déroulement des faits et a expliqué avoir sorti son arme en raison de la situation dangereuse dans laquelle il se trouvait alors que son véhicule prenait feu. Il a rapporté avoir ensuite rangé son pistolet dans la crainte qu'un des émeutiers ne s'en saisisse.

Le policier a alors été frappé à coups de barres de fer. «La barre était flexible et me frappait très fort le visage. J'ai été blessé», a-t-il déclaré, tout en ajoutant que les coups étaient accompagnés de cris du type «dégage sale flic».

«J'ai cru mourir, ils visaient délibérément ma tête pour me faire tomber et m'achever», a-t-il poursuivi, avant d'expliquer qu'il ne s'était pas échappé par peur de perdre l'équilibre et de laisser aux émeutiers l'opportunité de «finir le travail».

«Je suis attristé, en colère et j'ai beaucoup d'incompréhension. Pourquoi cette violence ? Cet acharnement ?», s'est-il interrogé, tout en précisant avoir des troubles du sommeil et consulter régulièrement un psychologue.

Un policier récompensé pour son courage

Le sang-froid dont Kévin Philippy avait fait preuve ce jour-là a été récompensé par la police nationale qui l'a officiellement promu gardien de la paix neuf mois plus tard.

Le procès des assaillants du quai de Valmy, qui ne s'est ouvert qu'aujourd'hui en raison de troubles causés par des militants antifascistes le 19 septembre, devrait durer trois jours.

Tous les prévenus sont poursuivis pour avoir participé à «un groupement formé en vue de la préparation de violences ou de dégradations», délit passible d'un an de prison. Certains d'entre eux risquent jusqu'à dix ans de prison pour «violences aggravées sur policiers en réunion».

Pour rappel

Cet étudiant Suisse (photo ci-dessous) qui a participé aux exactions ce jour-là est toujours recherché par un mandat d'arrêt international.

Cliquez sur l'image pour agrandir
Toute personne pouvant fournir des informations sur cette personne peut le faire au 117 ou 112

Notre magnifique pays vu par un drone



Egger Ph.

Le 117e conseiller fédéral de Suisse est tessinois


Félicitations au Tessin !
Bravo il Ticino



Ignazio Cassis, un libéral convaincu au gouvernement

Ignazio Cassis est le 117e conseiller fédéral de Suisse. Le PLR tessinois a été élu mercredi dès le 2e tour par l'Assemblée fédérale comme successeur de Didier Burkhalter avec 125 voix sur 244 bulletins valables. Marquant le retour de l'italianité au Conseil fédéral, il a donné sa première conférence de presse en italien.

«C'est un moment de fête», a lancé devant les médias le nouvel élu, après avoir entamé la journée plein d'espoir, mais sans certitude. L'élection du médecin de 56 ans marque le retour du Tessin au gouvernement après 18 ans d'absence. Le suspense n'a pas duré trop longtemps pour le chef du groupe PLR aux Chambres fédérales. Il a devancé facilement Pierre Maudet (90 voix) et Isabelle Moret (28).

Ce résultat était attendu. De nombreux parlementaires avaient reconnu au Tessin le droit de revenir au Conseil fédéral. Le PLR ayant présenté un choix de trois candidats, l'émergence d'une candidature sauvage aurait été une grosse surprise.

Siège PLR non contesté

Aucun groupe ne contestait le siège au PLR. Mais seule l'UDC avait appelé clairement à voter pour Ignazio Cassis dont la proximité avec le lobby des assureurs maladie (il est président de Curafutura) dérange un certain nombre de parlementaires à gauche.

Ces derniers n'ont pas fait le poids pour barrer la route au Tessinois. L'éparpillement des voix entre les deux prétendants romands a servi le favori. Le PDC et le PVL ont laissé le libre choix entre les trois poulains PLR.

Le PS s'est muré dans le silence. Le PBD quant à lui roulait clairement pour le conseiller d'Etat genevois Pierre Maudet. Les Verts voulaient renforcer la présence des femmes à l'exécutif et soutenaient la conseillère nationale vaudoise Isabelle Moret.

Ignazio Cassis a mené le bal dès le premier tour où il est arrivé en tête avec 109 voix sur 242 bulletins valables. Il était déjà suivi de Pierre Maudet (62) devant Isabelle Moret (55), mais 16 parlementaires avaient alors voté pour quelqu'un d'autre.

Quatre autres conseillers fédéraux ont été élus dès le 2e tour de scrutin depuis 1959. Ignazio Cassis a fait le même score qu'Eveline Widmer-Schlumpf en 2007. Alain Berset avait obtenu 126 voix en 2011 et Hans-Rudolf Merz 127 en 2003. Adolf Ogi les avaient tous dépassés avec 132 voix en 1987.

Immense respect

Ignazio Cassis a accepté son élection au Conseil fédéral avec une «grande joie et un immense respect», a-t-il déclaré à la tribune en italien, avant de prêter serment, en levant trois doigts de sa main droite. L'annonce du résultat lui a fait sentir le poids de ses nouvelles responsabilités, il sera «à 200% au service du pays, de toutes les régions et de toute la population», a-t-il promis.

Le nouveau conseiller fédéral veut consolider la voie bilatérale avec l'UE. Des questions institutionnelles doivent être réglées. Il importe peu que ce soit sous la forme d'un accord cadre ou non. Il devra toutefois attendre vendredi et la répartition des départements pour voir s'il reprend les manettes des affaires étrangères après le départ de Didier Burkhalter fin octobre.

Italianité

Le 8e conseiller fédéral issu du Tessin voit dans son élection au gouvernement la reconnaissance des problèmes auxquels les régions frontalières, comme son canton, sont confrontées.

S'irritant de la question d'un journaliste sur ce qu'il apporterait au Conseil fédéral en tant que Tessinois, Ignazio Cassis lui a demandé s'il poserait la même à Ueli Maurer. Il a cependant ajouté que la présence de l'italianité au sein du collège gouvernementale est importante pour la cohésion nationale. Elle apporte aussi un savoir pour négocier avec un important voisin de la Suisse: l'Italie.

Eloge de la différence

Avant son assermentation, Ignazio Cassis a aussi fait l'éloge de la différence. Citant Rosa Luxembourg, il a rappelé que «la liberté, c'est toujours la liberté de celui qui pense autrement». Respecter et défendre les opinions différentes seront sa tâche de conseiller fédéral.

L'actuel chef du groupe parlementaire PLR a promis qu'il ne changerait pas. Avant de répéter qu'il se tiendra aux décisions collégiales du Conseil fédéral et n'a fait aucune promesse aux autres partis. «Les positions extrémistes ne permettent pas d'aller de l'avant, mais j'apporterai toutes mes positions libérales-radicales au gouvernement.»

Bravo il Ticino

Les Tessinois ont attendu 18 ans avant de voir à nouveau un des leurs siéger au Conseil fédéral. Ignazio Cassis est le 8e représentant du canton du sud des Alpes. Trois PLR et quatre PDC l'ont précédé.

Sept Tessinois ont été conseiller fédéral auparavant: Stefano Franscini (PLR, 1848-1857), Giovanni Battista Pioda (PLR, 1857-1864), Giuseppe Motta (PDC, 1912-1940), Enrico Celio (PDC, 1940-1950), Giuseppe Lepori (PDC, 1955-1959), Nello Celio (PLR, 1967-1973) et Flavio Cotti (PDC, 1987-1999).

En alignant désormais huit ministres, le Tessin ne se retrouve que derrière quatre cantons dans le palmarès des viviers de conseillers fédéraux. Zurich en a fourni 20, Vaud 15, Berne 14 et Neuchâtel 9.

Essayé, pas pu

Ce qui n'a pas empêché les italophones de trouver le temps très long depuis 1999. Les périodes sans Tessinois étaient en général plus courtes, à l'exception notable des 48 ans qui ont séparé le départ de Giovanni Battista Pioda et l'arrivée de Giuseppe Motta.

Ce n'est pas faute d'avoir essayé pendant 18 ans. Candidats officiels, non retenus ou involontaires, des Tessinois ont régulièrement réuni des voix lors des élections au Conseil fédéral: Remigio Ratti (PDC) en 1999, Patrizia Pesenti (PS) en 2002, Fulvio Pelli (PLR) en 2003, Chiara Simoneschi (PDC) en 2006, Dick Marty (PLR) en 2009, Ignazio Cassis (PLR) en 2010 (12 voix au premier tour), Marina Carobbio (PS) en 2011, Norman Gobbi (Lega) en 2015. Mais jamais le succès n'a été au rendez-vous.

Concurrence entre Latins

Ce n'est pas la première fois qu'un italophone s'assoit dans le fauteuil laissé libre par un francophone. Nello Celio a succédé au Vaudois Paul Chaudet, parti après l'affaire des Mirages. Pendant trois ans, les Romands n'ont eu ensuite qu'un élu au gouvernement. Cette fois, Ignazio Cassis côtoiera deux francophones: l'UDC Guy Parmelin et le socialiste Alain Berset.

La présence de trois Romands au Conseil fédéral, qui a prévalu entre 1959 et 1961, entre 1999 et 2006 depuis 2016, était plutôt inhabituelle. La formule à trois Latins - deux francophones et un italophone - est plus fréquente.

Avant l'élection d'Ignazio Cassis, elle a fonctionné six fois (1912-1913, 1917-1934, 1947-1950, 1955-1959, 1970-1973, 1987-1999). Cinq fois, les Romands se sont retrouvés seuls dont une fois (1875-1881) sans aucun Tessinois à leurs côtés.

Peu après l'élection, Ignazio Cassis a pris la pose avec ses futurs six collègues et le chancelier de la Confédération. 
(Keystone)


On dirait le Sud

L'élection d'un Tessinois déplace un peu vers le sud le centre de gravité gouvernemental. Avec le départ du Neuchâtelois Didier Burkhalter, l'«Espace Mitteland» n'a plus que trois conseillers fédéraux: le Fribourgeois Alain Berset et les Bernois Johann Schneider-Ammann et Simonetta Sommaruga. Vaud est représenté par Guy Parmelin, Zurich par Ueli Maurer et Argovie par Doris Leuthard.

Plusieurs régions, notamment la Suisse orientale et la Suisse centrale, rongent leur frein dans l'attente d'une prochaine vacance au gouvernement. Les deux Bâles ont dû se contenter de trois conseillers fédéraux depuis 1848. Cinq cantons attendent toujours d'envoyer l'un des leurs à Berne: Uri, Schwytz, Nidwald, Schaffhouse et le Jura.

La baie de Lugano

ATS

Le réaménagement du quartier du Bourg est en marche




Le quartier du Bourg, au cœur de Fribourg, va perdre 23 places de parc. C’est la première étape d’un projet phare de la législature: le réaménagement de ce secteur de la ville, au pied de la cathédrale. La place des Ormeaux, devant le Café des Arcades, sera rendue aux piétons. Et les 23 cases de stationnement actuelles seront relocalisées de l’autre côté du pont de Zaehringen, dans la montée vers le Schoenberg.

Ce projet sera mis à l’enquête dans la Feuille officielle de vendredi. Afin de présenter à la population le futur visage du quartier du Bourg, le Conseil communal de Fribourg organise une séance publique d’information mercredi 27 septembre prochain, à 19h30, à la salle de la Grenette.

Lactose et Fromage Suisse


Les fromages à pâte dure et extra-dure ne contiennent plus de lactose contrairement à une idée reçue


En cas de d’intolérance au lactose, le lait, les yogourts, le séré et le fromage sont bien souvent bannis sans discernement du réfrigérateur, sur conseil médical la plupart du temps. Cela n’est pourtant pas absolument nécessaire. En effet, la teneur en lactose des produits laitiers diffère fortement de l’un à l’autre. Ils sont donc plus ou moins bien supportés.

L’intolérance se caractérise par des douleurs provoquées par le lactose. Ce dernier est divisé par la lactase – une enzyme de digestion, – dans l’intestin grêle et passe dans le sang comme source d’énergie. Les personnes souffrant d’une intolérance au lactose ne produisent pas ou pas assez de lactase, ce qui fait que le lactose n’a pas encore été digéré lorsqu’il arrive dans le gros intestin. Il y est dégradé par les bactéries intestinales, ce qui engendre des gaz et la constitution d’acides gras à chaîne courte. Ces derniers provoquent des mouvements péristaltiques de l’intestin qui s’avèrent souvent douloureux. Ils peuvent conduire à des lourdeurs et des maux d’estomac, des coliques, des ballonnements, de la diarrhée et des nausées.

Bien souvent, une quantité résiduelle de l’enzyme de digestion est néanmoins encore produite, ce qui rend un abandon total de la consommation de lait et de produits laitiers inutile dans la plupart des cas, la consommation pouvant être adaptée à l’activité de la lactase subsistante.

Quels sont les produits provoquant des douleurs?

En cas d’intolérance au lactose, le lait, le babeurre et le petit-lait sont les principaux produits provoquant des douleurs.

Yogourt et lait acidulé

Bien que les produits laitiers fermentés contiennent beaucoup de lactose, il est prouvé qu’ils sont bien tolérés, le lactose étant partiellement dégradé par les bactéries lactiques. De plus, une partie des bactéries lactiques passent vivantes de l’estomac à l’intestin, où elles continuent à être actives. Elles y produisent des enzymes permettant de diviser le lactose et favorisent ainsi sa dégradation.

Les fromages à pâte extra-dure

(Sbrinz AOP, de nombreux fromages d’alpage) et les fromages à pâte dure (Emmentaler AOP, Le Gruyère AOP) ne contiennent plus de lactose. En effet, il est en grande partie transformé en sérum lors de la fabrication, le reste étant entièrement dégradé pendant l’affinage.

Les fromages à pâte mi-dure

(p.ex. Appenzeller®, Tilsit, fromage à raclette) et les fromages à pâte molle (p.ex. camembert, brie suisse) ne contiennent plus que des traces de lactose et sont par conséquent bien tolérés.

Les fromages frais

Tels le séré, le blanc battu ou la mozzarella contiennent encore du lactose. Il faut donc tester au préalable qu’elle quantité peut être tolérée.

Beurre et crème 

En raison de la teneur réduite en eau de ces produits, le lactose est lui aussi réduit. La tolérance est donc relativement bonne, d’autant plus que les quantités consommées ne sont pas très importantes.

Bon apport en calcium

Le lait, les produits laitiers et le fromage suisse, notamment, sont des sources importantes de calcium. Rappelons qu’un apport insuffisant en calcium peut ralentir la constitution des os, voire renforcer leur fragilisation due à l’âge. Un apport suffisant de calcium s’impose donc à tout âge, les enfants et les adolescents bâtissant ainsi leur capital osseux et les adultes maintenant la bonne santé de leurs os.
Le fromage suisse est un aliment idéal

Plus l’appareil digestif est sensible au lactose, plus la consommation de fromage suisse devient importante pour l’apport de calcium, non seulement par le fait que le lactose est dégradé au cours de la fabrication des fromages à pâtes extra-dure, dure ou mi-dure, mais aussi en raison de la teneur des fromages en vitamine D. Cette vitamine est elle aussi très importante pour la santé des os. Outre le poisson de mer et le jaune d’oeuf, le lait entier ainsi que les produits à base de lait entier sont les seules sources de vitamine D courantes dans nos régions.

Mise en pratique

Mangez quotidiennement un morceau de fromage suisse. Il existe tellement de variéé et de manières différentes de l’apprêter que vous ne vous en lasserez pas.

Choisissez du lait exempt de lactose et des yogourts pauvres en lactose si votre intoléance au lactose est marquée.

Optez plutô pour le lait entier et les produits àbase de lait entier, ainsi que pour le fromage suisse gras, afin de bénéficier d’un apport suffisant en vitamine D.

La Fête de la lutte de retour au Lac Noir



La Fête de la lutte du Lac Noir devra à nouveau se dérouler au Lac Noir à l'avenir. C'est ce que souhaite le Conseil d'Etat fribourgeois. Il l'a confirmé mardi à RadioFr. Il n'est toutefois pas encore clair où exactement la manifestation sportive aura lieu. Le gouvernement veut évaluer plusieurs possibilités avant de se prononcer.

La Fête de la lutte du Lac Noir se passait à l'époque sur le terrain de l'ancienne caserne militaire, qui a été depuis rénovée. La manifestation ne peut donc plus avoir lieu là-bas, selon l'exécutif. Pour rappel, Planfayon a accueilli la fête temporairement.

Opération séduction à un million de plaques Cailler


Numéro 3 du secteur en Suisse, Cailler va inonder jeudi les boîtes aux lettres du pays avec son nouveau chocolat.


Attirer de nouveaux consommateurs en changeant la composition de son chocolat au lait: c’est le défi que s’est lancé Cailler afin de grignoter des parts de marché à ses concurrents, Frey et Lindt en tête. Le 5 juillet, la marque a donc annoncé une nouvelle recette avec moins de sucre, davantage de cacao et plus de lait, celui-ci provenant uniquement de la région. Autre atout de charme: les ingrédients sont certifiés issus d’une agriculture respectueuse de l’environnement et les fèves de cacao d’une production durable et équitable.

Jeudi, pour convaincre les Suisses de changer leurs habitudes, le fabricant distribuera une plaque de choc à un million de ménages. Du côté du centre courrier de La Poste à Eclépens, où ont transité celles destinées aux Romands, cette opération n’a rien d’effrayant. «C’est assez courant de traiter 130’000 envois supplémentaires (ndlr: le nombre de tablettes prévues pour la Suisse romande), relève Pierre Albertelli, son responsable. Même s’il n’est pas fréquent de distribuer de la nourriture, cela reste une logistique qui s’apparente à celle d’un envoi de flyers.» Mais le chocolat ne sera pas distribué partout, Cailler ayant sélectionné une liste de localités. «Et sur sa boîte aux lettres, il ne faut pas avoir un autocollant interdisant la réclame», prévient Pierre Albertelli. De quoi laisser certains amateurs sur leur faim.