JE SUIS D'ICI !

jeudi 29 octobre 2015

Histoire du préservatif




Le préservatif remonte à la nuit des temps

L’Antiquité

3000 ans avant JC : on en trouve déjà des traces dans l’Egypte ancienne. Sur des peintures murales, l’ancêtre du préservatif est représenté par des étuis de lin. Ils sont utilisés comme rituels ou pour des raisons de santé (par les chefs de tribus comme protection contre les infections, les blessures et les morsures d’insectes). A cette époque, ils n’étaient pas encore utilisés comme moyen de contraception.

Xème siècle : en Chine et au Japon, on en retrouve également des traces;  les Japonais utilisaient un préservatif en cuir ou en écaille de tortue et les Chinois en papier de soie huilé. Quant aux Romains, ils fabriquaient leurs préservatifs à partir d’intestins ou de vessies d’animaux (poissons, moutons, porcs ou chèvres). Ces préservatifs pouvaient être utilisés plusieurs fois et étaient équipés d’un ruban que l’on nouait pour les fermer.

Du Moyen-âge à la révolution sexuelle

Après la chute de l’empire romain, le préservatif semble disparaître.

XVIème siècle : le préservatif réapparaît plus sérieusement et sert de protection à l’époque où commence une épidémie de syphilis;  il prend alors la forme d’un fourreau de toile fine (soie ou lin), trempé dans une décoction d’herbes ou un peu de salive.

L’origine du nom « condom » a plusieurs versions : cela viendrait du nom de son inventeur Monsieur Condom (médecin anglais spécialiste des maladies vénériennes) ou bien du latin « condus » qui signifie « respect ».



XVIIème et XVIIIème siècles : on fait allusion au préservatif en tant que moyen de contraception dans les écrits comme Casanova ou le Marquis de Sade. D’autres causes ont contribué à l’expansion du préservatif : les guerres (avec les déplacements de troupes et de soldats à la recherche de distractions), la croissance des transactions commerciales, l’expansion des villes (avec les bains publics et la prostitution) …

A partir de cette période, on trouve, dans les grandes villes, des magasins où l’on peut s’approvisionner. On n’a moins peur d’en faire la réclame (affiches, annonces).

1844 : le développement du caoutchouc vulcanisé par Goodyear est une révolution dans la production de préservatifs; on n’utilise plus d’entrailles animales et la production de masse devient possible.

1880 : le premier préservatif en caoutchouc est créé, il donne le confort d’une seconde peau, est lavable après usage et garanti 5 ans.

Au XXème siècle

Son utilisation se développe lentement et de façon hétérogène selon les pays.

1950 : mise en place de distributeurs automatiques de préservatifs aux USA.

1961 : commercialisation du premier préservatif lubrifié.

Années 1960 : l’arrivée du féminisme et la révolution sexuelle n’ont pas aidé le préservatif à conserver son statut. L’invention de la pilule contraceptive et le traitement plus efficace des IST ont précipité le déclin du préservatif.

1987 : la France a autorise (enfin !) la publicité sur le préservatif.

Depuis 1992 : l’invention du préservatif féminin permet à la femme de s’assurer d’une protection contre les IST.

L’usage du préservatif évolue : plus qu’une protection contre les IST et un moyen de contraception, il devient aussi le partenaire du plaisir. S’il est impératif de répondre à des normes strictes de sécurité (marquage CE et NF), il y a aujourd’hui plusieurs modèles de préservatif, qui se déclinent au gré des envies de chacun.

2000 : la dernière invention en la matière au Québec, pour l’instant testée uniquement sur des souris, est « le préservatif invisible » : c’est un gel contraceptif inodore, incolore et imperceptible qui s’applique sur la verge (du sur-mesure) et protège des IST et du sida. L’avenir nous dira si ce gel est applicable à l’homme.

D’ici là, seuls les préservatifs féminins et masculins protègent des IST.