JE SUIS D'ICI !

jeudi 29 octobre 2015

Viols et migrants : le sujet tabou


Les femmes migrantes et fuyant les persécutions sont les premières victimes de viols dans les camps


C’est un sujet tabou et Le Peuple a hésité à rédiger cet article. Il faut cependant informer les citoyens des réalités, d’ailleurs compréhensibles, bien que totalement inexcusables. Des centaines de milliers de jeunes hommes, en bonne forme physique, complètement désoeuvrés, et dont la culture traditionnelle méprise les femmes ou les considère comme inférieures, peuvent s’avérer très dangereux pour les rares femmes dans leur environnement d’une part, et d’autre part pour les occidentales dont l’habillement montre leurs jambes, leurs cheveux et parfois plus. Leur habillement constitue littéralement un appel au viol pour des populations musulmanes arriérées d’Afghanistan ou du Pakistan, pour ne citer que ceux-là.

Or l’arrivée massive de migrants crée un problème explosif dans les concentrations de ces migrants économiques pour la plupart, venant du Moyen Orient ou d’Afrique sub-saharienne.

La Suède, un des pays les plus touchés par la migration massive, à cause de la politique d’accueil développée par les gouvernements socialistes successifs, connait aujourd’hui le taux de viols le plus élevé d’Europe. C’est un taux digne de celui de l’Afrique du Sud, un des pires du monde. Voir le tableau ci-dessous montrant que la Suède a un taux « africain » de viols!



Ce sujet est tabou en Suède, mais l’augmentation des viols est clairement à mettre en parallèle avec l’immigration massive, pour les raisons évoquées plus haut. Les chiffres sont comparables au Danemark.

Les premières victimes sont les femmes, migrantes elles aussi et fuyant souvent également les persécutions physiques et religieuses de groupes comme l’Etat Islamique en Syrie et en Irak. Les enfants sont également des victimes, ce qui est encore plus effrayant. Plus grands sont les camps, plus les femmes deviennent une espèce de gibier sexuel. Beaucoup se plaignent de devoir aller aux toilettes en groupe ou n’osent simplement pas y aller de nuit.

Ce problème est considéré, hélas, comme secondaire par les assistants sociaux qui tentent d’organiser le « vivre ensemble » au sein des camps et centres d’asile d’abord, et avec le voisinage local ensuite.

Nous joignons quelques articles et preuves de ce que nous avançons. Les sources en suédois, danois, allemand,… sont très nombreuses et sont le fait de la presse « officielle » et considérée comme « respectable » par le monde politiquement correct qui fait la loi en Belgique.

L’augmentation programmée du nombre de migrants, puis d’illégaux  non expulsés en Europe, va certainement amener les mêmes problèmes chez nous.

http://www.slate.fr/story/108779/femmes-refugiees-viol
Des réfugiées sont violées mais certaines ONG trouvent que ce n’est «pas le problème». L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) ou les antennes locales de la Croix-Rouge nient les faits.

http://www.dailymail.co.uk/news/article-3247831/Rape-child-abuse-rife-overcrowded-asylum-centres-huge-surge-migrants-pushes-Germany-s-services-breaking-point-claim-womens-rights-groups-politicians.html
Le viol des femmes et des enfants dans les camps allemands surpeuplés

http://www.breitbart.com/london/2015/10/06/europes-rape-epidemic-western-women-will-be-sacrificed-at-the-alter-of-mass-migration/
Vague de viols en Europe. En Norvège, 100% des viols en rue dans la capitale Oslo sont le fait d’immigrants « non occidentaux ».

http://www.meforum.org/5569/migrants-rape
Pathologies sexuelles de migrants.
http://www.meforum.org/pics/large/1855.jpg

http://www.infowars.com/report-muslim-migrants-raping-women-children-at-german-refugee-camp/

Lettres d’organisations du Land de Hesse qui mentionne le manque der sécurité des femmes et des enfants, les viols et attaques ainsi que la prostitution forcée (non prouvée).

http://hw.infowars.com/wp-content/uploads/2015/09/Scan-243-464×600.jpeg