JE SUIS D'ICI !

dimanche 28 août 2016

La loyauté des employés envers leur patron en Suisse


Salaires 2015


Les personnes qui gagnent moins sont plus loyales que celles qui ont un haut revenu. Plus un employé est jeune, moins sa loyauté envers son employeur est grande. Telles sont les conclusions d'un sondage réalisé par Demoscope sur mandat d'Employés Suisse.

«Les 15-34 ans ne veulent pas avoir une voiture de luxe ou un haut revenu. Ils veulent faire bouger les choses avec des personnes partageant les mêmes idées», déclare Stefan Studer, le directeur d'Employés Suisse, l'organisation faîtière d'environ 70 associations d'employés dans l'industrie des machines, des équipements électriques et des métaux ainsi que dans la chimie-pharma.

«Les jeunes cherchent un sens à leur activité. Le contact avec les collègues, l'équilibre entre leur vie privée et leur vie professionnelle et la compatibilité entre vie familiale et travail sont des éléments importants pour eux.» Dans les années 80, de nombreux jeunes voulaient encore faire rapidement carrière. Au fil des ans, un changement d'opinion se serait produit.

L'argent ne suffit pas

Seuls 8% des employés considèrent leur entreprise comme «plutôt non loyale». La plupart qualifient leur employeur de «loyal» ou «plutôt loyal». Stefan Studer rappelle que «celui qui veut des employés loyaux doit se comporter de manière loyale vis-à-vis d'eux, car la loyauté est conséquence d'une interaction».

Vu la pénurie de main-d'oeuvre en Suisse, les entreprises auraient encore des améliorations à faire, estime le directeur d'Employés Suisse. Des paroles et des lignes directrices ne suffisent pas et un haut salaire non plus. L'estime et le respect devraient être une réalité au sein de la culture d'entreprise.

Employeurs moins loyaux

Les 1001 personnes interrogées entre le 13 et le 18 juin estiment que 59% des employeurs sont loyaux. Cela montre que la méfiance envers les employeurs a augmenté ces dernières années, notamment en raison des licenciements, même dans des branches autrefois considérées comme sûres, analyse Stefan Studer.

Pour le directeur d'Employés Suisse, «les nouvelles désastreuses quotidiennes attisent aussi la peur, particulièrement chez les jeunes. Les peurs n'encouragent pas la loyauté».

ATS