JE SUIS D'ICI !

vendredi 7 avril 2017

La ville de Fribourg se faisait voler de l'eau des fontaines publiques




«Nous savions que beaucoup de cantons nous enviaient la qualité de notre eau mais nous n’aurions jamais imaginé qu’elle puisse susciter autant la convoitise.» Thierry Steiert, syndic de Fribourg, n’en revient toujours pas. Pourtant devant lui, sur son bureau, la photo qui prouve l’incroyable larcin perpétré dans sa ville depuis plusieurs mois maintenant: le vol organisé d’eau potable dans les fontaines publiques!

Tout a commencé l’automne dernier, quand le Service des eaux remarque que le niveau d’une des fontaines baisse bizarrement. «L’hypothèse d’une fuite a tout d’abord été logiquement avancée. Mais quelque temps après, une autre fontaine a connu le même phénomène. Puis, d’autres ont suivi sans qu’on parvienne à expliquer pourquoi.»

L’hiver et la vidange des fontaines ont réglé temporairement le problème. Sauf qu’il y a quelques semaines, quand les fontaines de la ville ont progressivement retrouvé leur contenu, la mystérieuse évaporation a repris.

Photo prise par un citoyen qui avait constaté des mouvements étranges autour d’une fontaine durant la nuit (à g.). À droite, un des bassins concernés par les vols. Image: DR


Individus appréhendés

Finalement, c’est grâce au concours d’un citoyen que le pot aux roses a été découvert. «Il nous a signalé avoir observé nuitamment la présence de gens avec ce qui semblait être des bidons, explique Jean-Charles Bossens, chef de la police et de la mobilité. Après plusieurs nuits de surveillance, nous avons appréhendé un groupe d’individus qui remplissaient de gros contenants avec l’eau des fontaines.»

Voler de l’eau alors qu’en Suisse elle coûte quelques centimes au robinet de tous les foyers? «Cela peut sembler étonnant en effet, reconnaît Thierry Steiert. Mais à Fribourg, nous avons une des meilleures eaux de Suisse. Provenant de deux sources, elle ne nécessite ni pompage ni traitements chimiques. À une époque où les gens font de plus en plus attention à ce qu’ils consomment, il semble que cela soit la perspective d’une eau très pure et gratuite qui a motivé les voleurs.»

Si leur identité n’a pas été rendue publique pour l’instant, le syndic de Fribourg précise qu’ils résident dans un autre canton. Quant aux suites à donner à cette affaire, la commune n’a pas encore pris de décision. «D’un point de vue juridique, il s’agit d’un abus de biens publics qui peut être poursuivi. On est au-delà d’une consommation raisonnable comme remplir quelques gourdes à une fontaine», estime Thierry Steiert. Jean-Charles Bossens, lui, pencherait plutôt pour un blâme exemplaire: «Il faudrait leur faire récurer le réservoir, cela devrait leur passer l’envie de nous voler notre eau.»