CHU DE CHE / JE SUIS D'ICI / ICH BIN VON HIER !

vendredi 30 juin 2017

Le Grand Fribourg, bientôt 3e ville romande?



La fusion de communes prévue autour de Fribourg prend une nouvelle ampleur: le périmètre provisoire du projet compte désormais neuf communes.

En plus du chef-lieu cantonal, le périmètre annoncé vendredi par le Conseil d'Etat comprend Avry, Belfaux, Corminboeuf, Givisiez, Granges-Paccot, Marly, Matran et Villars-sur-Glâne. Ce sont toutes les communes sarinoises de l'Agglomération fribourgeoise.

Toutes ont donné leur accord lors de la consultation lancée en février par le gouvernement cantonal. Ces communes ont déjà une solide expérience de collaboration au sein de «l'Agglo», commente le Conseil d'Etat.

Extension possible

Ce périmètre agrandi permet de donner une nouvelle dimension au projet, après les échecs enregistrés dans un périmètre plus restreint, note l'exécutif. Et il a l'avantage d'inclure des sites de commerces, loisirs et transports importants pour la future entité.

Les communes limitrophes intéressées peuvent demander un statut d'observateur dans l'assemblée qui élaborera la convention de fusion. Elles auront une voix consultative et pourront déposer en cours de route une demande d'adhésion si elles le souhaitent. Grolley, La Sonnaz et Pierrafortscha ont manifesté leur intérêt.

Election cet automne

Le préfet de la Sarine Carl-Alex Ridoré présidera cette assemblée constitutive, qui comportera 37 autres membres. Chaque exécutif communal en désignera un. Les 28 autres membres répartis entre les communes seront élus par la population de chaque localité.

L'élection aura lieu le 26 novembre prochain, avec un deuxième tour possible le 17 décembre. La première séance de cette assemblée aura lieu le 1er février 2018, a précisé le préfet dans un communiqué.

Votations en 2020

Le calendrier est aussi ambitieux que le nouveau périmètre. Le projet de convention de fusion doit être soumis à la population de chaque commune en 2020. C'est pourquoi un comité de pilotage provisoire fera des travaux préparatoires dès la fin août 2017, afin que l'assemblée puisse ensuite rapidement entrer dans le vif du sujet. Le préfet demande aux communes d'envoyer une personne chacune.

La fusion ne réussira que si elle vient de la base, souligne Carl-Alex Ridoré. Et d'inviter la population à s'impliquer dans le processus, en commençant par participer en nombre à l'élection de cet automne. Il relève déjà que dans plusieurs communes, en plus du feu vert des exécutifs, ce sont aussi les conseils généraux, voire même des citoyens, qui se sont exprimés en faveur du processus.

ATS