CHU DE CHE / JE SUIS D'ICI / ICH BIN VON HIER !

dimanche 27 mai 2018

Obsolescence programmée – Mesdames, n’achetez plus de collants !




Pour 72% des femmes interrogées, la durée de vie moyenne d’un collant de dépasse pas les six utilisations et l’association HOP évalue qu’en moyenne un utilisateur doit acheter 10 à 11 paires de collants par saison. Et le constat est accablant, « la fin de vie des collants est quasiment toujours due à une obsolescence technique et non esthétique ». « Hormis l’impact écologique très important, nous constatons aussi que ces intrants chimiques participent fortement à la non durabilité d’un collant ». « Nous pouvons légitimement émettre l’hypothèse selon laquelle les fabricants peuvent jouer sur les additifs chimiques pour rendre plus ou moins robuste un collant, et ainsi programmer sa fin de vie ».

Donc, « moins de temps, moins de matière, moins de mains d’oeuvre, moins de contrôle, moins de qualité (…) moindre coût pour moindre prix ».

Alors d’autres questions se posent et pas seulement pour les collants. Faut-il seulement acheter des produits haut de gamme pour moins jeter et faire des économies ? Et quelle solution pour ceux qui ont seulement les moyens d’acheter du Nutella de temps en temps ? Et bien ils font comme d’habitude, ils s’en privent comme bien d’autres choses bien plus importantes que des collants. Ou devront se contenter de la camelote bon marché. Car c’est bien eux la cible des commerçants sans scrupule pour qui l’obsolescence programmée est une mine d’or.

HOP en profite pour dresser un classement des « meilleures » et « pires » marques de collants en matière de durabilité. Ainsi, les collants Wolford arrivent en tête avec une durabilité notée 3 sur 5, Bleuforêt et Gerbe constituent le Top 3 mais peuvent coûter jusqu’à 40 euros la paire. Les collants H&M, Well, Golden Lady et issus de marques de grandes surfaces stagnent au fond de ce classement, en ne dépassant pas la note de 1,9 sur 5.

Egger Ph.