Chu de che / Je suis d'ici / Sono di qui / Ich bin von hier !

jeudi 4 octobre 2018

L’Espace Jean Tinguely – Niki de Saint Phalle célèbre ses vingt ans ce samedi


L’Espace Jean Tinguely – Niki de Saint Phalle 


Célébrer un couple hors du commun, formé de deux artistes ayant chacun mené une brillante carrière et qui continuent d’influencer aujourd’hui encore le domaine de la création, c’est ce qui se passera samedi à l’Espace Jean Tinguely – Niki de Saint Phalle à Fribourg. L’occasion de fêter les 20 ans du lieu, l’ancien dépôt de tramways puis le garage du Bourg, mais surtout de mesurer l’importance des démarches de Jean Tinguely (1925-1991) et de Niki de Saint Phalle (1930-2002) au travers de diverses discussions qui seront proposées tout au long de la journée, dès 11 h 45 pour la première.

«Nous constatons qu’ils comptent toujours aujourd’hui, qu’ils inspirent et que leur travail demeure actuel, pose Caroline Schuster Cordone, directrice adjointe du Musée d’art et d’histoire de Fribourg (MAHF). Concernant Jean Tinguely, je dirais même qu’il y a un regain d’intérêt depuis dix ans. De nombreuses expositions s’intéressent aux années 1960-70, à lui et aux liens qu’il a créés entre la machine et l’homme, un thème d’une rigoureuse actualité! Dans les universités également, les chercheurs continuent de mener des travaux, d’ailleurs certainement plus qu’il y a 15 ans.»

Modeste face au Musée Tinguely de Bâle, l’Espace Tinguely n’en demeure pas moins un atout pour Fribourg. «Nous comptabilisons entre 17 000 et 22 000 entrées annuelles et de nombreuses personnes font spécialement le déplacement pour visiter l’Espace», pose Caroline Schuster Cordone. Tout commence en 1993, quand le MAHF consacre une rétrospective à Niki de Saint Phalle qui, à cette occasion, formule une promesse de dons d’œuvres, à la condition qu’elles soient exposées.

L’année suivante, une fondation est créée pour trouver un lieu – ce sera donc l’ancien garage du Bourg. «En 1995, la directrice d’alors du MAHF – Yvonne Lehnherr – se rend en Californie, où vit Niki de Saint Phalle qui ne se déplace plus en raison de problèmes pulmonaires, pour lui montrer la maquette de l’Espace», précise Caroline Schuster Cordone. Dans la foulée l’artiste procède à une première donation: plusieurs Grandes Machines de Tinguely et quelques œuvres à elle. D’autres donations suivent en 1997 et en 2001. Rico Weber, l’assistant de Saint Phalle, lègue aussi des œuvres après son décès. Aujourd’hui, une quarantaine d’œuvres sont exposées en permanence à Fribourg. Et autant d’expositions temporaires ont été montées, certaines promouvant les amis artistes du couple, dont René Burri, Daniel Spoerri ou Bernhard Luginbühl.

Sa dès 11 h Fribourg

Programme complet sur www.mahf.ch

AURÉLIE LEBREAU