JE SUIS D'ICI !

dimanche 31 janvier 2016

Il est l’heure de redescendre sur terre


Ça cogite sous la casquette. © Keystone


Roger Federer va bientôt fêter son 35e anniversaire. Les occasions de triompher dans un tournoi du grand chelem se font de plus en plus rares. Faut-il encore y croire? Si le cœur dit oui, la réalité, elle, est plus cruelle.

L’Open d’Australie est terminé. Du moins pour les supporters suisses. Jeudi matin, le dieu Federer s’est incliné contre la machine Djokovic au terme d’une confrontation plus déséquilibrée que jamais. Terrible désillusion pour tous les fans de notre Rodger national. La finale - car il reste encore une finale à jouer - se déroulera dimanche matin entre Djokovic, N°1 mondial, et Murray, N°2. Un choc au sommet qui n’aura le droit qu’à un intérêt poli des téléspectateurs helvétiques. Pour l’affirmer, je me base sur une étude de terrain très sérieuse effectuée dans le bureau des sports de «La Liberté». A une écrasante majorité (3 sur 4, et encore, le dernier est très hésitant), ces passionnés de sport, parfois eux-mêmes modestes (soyons honnêtes) joueurs de tennis, avouent qu’ils ne suivront pas le duel serbo-écossais pour tout plein de bonnes raisons qui… ne nous regardent pas!

Jusqu’à peu, il n’y avait pourtant pas de questions à se poser. Un tournoi du grand chelem durait deux semaines et à la fin, un Suisse, Federer (très souvent) ou Wawrinka (parfois), disputait et remportait la finale. Il faut aujourd’hui se rendre à l’évidence: le temps de l’opulence est révolu. Pour eux comme pour nous. Si Stan peut toujours, lors d’une quinzaine glorieuse, dézinguer ce qui se fait de mieux sur la planète tennis, Rodg’ arrive, gentiment mais sûrement, en bout de course.

Plus que la réalité des chiffres qui mettrait fin à tout débat - trois ans et demi sans titre majeur, quatre défaites lors des quatre derniers affrontements en grand chelem avec Djokovic, etc. -, c’est l’impression visuelle qui devrait ramener tout le monde sur terre. Roger Federer est vieillissant. Si j’étais inconscient, je dirais même qu’il est sur le déclin, mais je connais les risques liés à une telle affirmation (pluie de lettres de lecteurs courroucés). Non, RF n’est pas mort. Il est toujours capable de coups de génie, mais il ne tient plus ni l’échange, ni la distance. Le voir remporter encore un tournoi majeur tient donc plus du fantasme que de la prophétie.

Pourtant, un collègue, à qui j’offre l’anonymat de cette chronique afin de ne pas ternir sa réputation de «spécialiste tennis», soutient mordicus que Rodgeur va gagner un 18e tournoi du grand chelem. Et ce, avant son 35e anniversaire, affirme-t-il. Un bel optimisme pour parler d’un joueur qui vient de griller ses 14 (!) dernières occasions de soulever un trophée majeur. A mon humble avis, les voyants sont plus rouge orangé que vert émeraude… Mais trêve de pessimisme fétide, faisons preuve plutôt d’un optimiste revigorant. Federer, qui a vu le jour le 8 août 1981, possède encore deux belles opportunités de donner raison à mon collègue et - au passage - de faire taire les mauvaises langues qui ne croient plus en lui: Roland-Garros et Wimbledon.

Avec un seul triomphe en 17 participations dans la capitale française, les statistiques ne sont pas favorables au Bâlois, mais ses adversaires ne sont pas mieux lotis. Djoko, son meilleur ennemi, n’a jamais vaincu la terre battue parisienne, Nadal n’est plus que l’ombre de lui-même, Murray va découvrir les joies de la paternité, Wawrinka ne sera pas chaque année en état de grâce, les Français passeront comme toujours à côté, etc. La voie royale pour Rodg’!

Et s’il venait par le plus grand des hasards à passer à côté de Roland- Garros (on ne sait jamais), Federer aurait encore Wimbledon - son jardin (7 titres) - pour agrandir sa collection personnelle. Roi du gazon, le Bâlois a tout en main pour triompher sur une surface qui a fait son bonheur et celui de tous les esthètes.

Seul hic dans ce tableau idyllique: Federer nourrit un gros complexe contre Djokovic. Et au vu de la domi- nation du Serbe voilà qui est plutôt embarrassant…

FRANÇOIS ROSSIER