Chu de che / Je suis d'ici / Sono di qui / Ich bin von hier !

vendredi 21 décembre 2018

La triste fin des chevaux de course à la retraite après avoir été exploités


L’association L214, qui dénonce régulièrement les traitements infligés aux animaux dans les élevages et les abattoirs, a publié ce mercredi une nouvelle vidéo montrant les sévices infligés aux anciens chevaux de course dans un abattoir français.




Tournée entre août et novembre 2018 dans un abattoir d’équidés situé à Équevillon (Jura), cette vidéo montre des animaux blessés au niveau des membres et de la croupe. Sur les images choquantes capturées par L214 (visibles ci-dessous), on peut notamment voir des employés fouetter les chevaux avec une cravache, les bousculer ou les assommer à l’aide d’une tige perforante, avant de les laisser se vider lentement de leur sang.

Comme l’a expliqué Sébastien Arsac, cofondateur de L214, sur le site de l’association : « L’abattoir d’Équevillon assure sur son site web que le respect de l’animal est au centre de ses préoccupations. Mais peut-on tuer les animaux avec respect ? Il suffit de regarder ces nouvelles images pour répondre à la question ». Il faut savoir que les animaux victimes de ces traitements sont majoritairement d’anciens chevaux de course.

Interrogé par Konbini à ce sujet, le porte-parole de l’association a également dénoncé « une trahison de l’être humain » pour ces chevaux de course, jeunes trotteurs ou équidés plus âgés jugés plus assez compétitifs, « bichonnés » et traités comme « des stars quand ils couraient sur les hippodromes », qui « finissent leur vie de façon lamentable, choquante et violente dans un abattoir ».

Selon les chiffres fournis par la Filière équine française, ce sont près de 13 000 chevaux qui ont été abattus en France en 2016, tandis que l’Interprofession détail et viande (Interbev) précise que les chevaux de course près de 50 % de la production de viande équine sur le territoire en 2015. Ce nouveau scandale intervient quelques semaines après qu’une vidéo accablante de L214 a révélé les terribles conditions régnant dans un élevage de poules pondeuses du groupe Avril.

Yann Contegat