Chu de che / Je suis d'ici / Sono di qui / Ich bin von hier !

jeudi 18 avril 2019

8 faits surprenants sur les femmes gladiatrices




LES COSTUMES

Afin de « respecter l’égalité des sexes », les Romains exigeaient que les femmes et les hommes gladiateurs soient soumis aux mêmes conditions dans les arènes. Si les gladiateurs hommes se battaient sans chemise, les femmes gladiateurs se battaient avec leur moitié dévoilée, ce qui rendait les combats plus attrayants. Les autres accessoires tels que les protège-bras, les protège-jambes, le casque, l’arme ainsi que le bouclier étaient pareils pour les femmes et les hommes.


LES COURS PARTICULIERS

Dans l’ancien temps, les libertés des femmes étaient plus restreintes que celles des hommes. En effet, elles ne pouvaient pas apprendre à se battre dans les camps officiels des gladiateurs. Ainsi, pour préparer leur nouvelle carrière, les gladiateurs femmes payaient de leur poche des entraîneurs personnels. Malheureusement, beaucoup ont perdu leur argent à la mort de leur père.


ELLES SONT CLASSÉES COMME PROSTITUÉES

Pour les Romains, les gladiateurs hommes étaient des héros. En effet, leur survie au combat était la garantie de leur liberté. Par conséquent, en plus de l’obtention du statut de citoyen, ils pouvaient, et se marier, et retourner dans leur famille. Contrairement à cela, les femmes gladiateurs étaient perçues comme des travailleuses de sexe et faisaient la honte de leur société. Les parties de leur corps dévoilées, combinées à l’argent perçu en contrepartie du divertissement fourni les ont exclues de la société. Aucun Romain ne voulait d’elles.


ELLES ÉTAIENT CONSIDÉRÉES COMME DES REBELLES ORIGINALES

Les femmes gladiateurs ont choisi de se battre de leur propre chef dans des buts bien précis. Elles recherchaient principalement la gloire, la célébrité ou la richesse. En effet, elles pensaient que si elles étaient riches, elles ne dépendraient ni de leur mari ni de leur père. Cela représentait un énorme défi pour les Romains à l’époque. Par conséquent, les femmes gladiateurs étaient en totale contradiction avec les Romains ordinaires.


L’HISTOIRE D’AMAZON ET ACHILLE

Le disque le plus célèbre des femmes gladiateurs est trouvé en Turquie. L’Empire romain qui accordait beaucoup d’importance à cela utilisait les amphithéâtres pour des concours. Sur l’une d’elles figurait une plaque en hommage au combat d’Amazon contre Achille, soldé par un tirage au sort. Selon certaines personnes, ce dernier a été fait explicitement pour avoir une fin plus heureuse à l’histoire d’Achille tuant une reine guerrière amazonienne qu’il aimait par erreur au combat.


UNE DÉCOUVERTE DIGNE D’UN ROMAN

En 2000, près d’un amphithéâtre à Londres, les archéologues ont trouvé des bibelots et des biens faisant référence aux gladiateurs avec la dépouille d’une femme. S’ajoutent à cela des restes de nourriture chère, qui probablement faisaient partie d’un festin funéraire en son honneur. Ils ont donc supposé que la tombe eût appartenu à une gladiatrice aimée et célèbre.


LES GLADIATRICES SONT INTERDITES

Vers les années 200, l’empereur Septimius Severus s’est rendu aux Jeux olympiques pour interdire le combat de gladiateurs aux femmes. Selon certains, sa décision a été prise sous l’influence de celle des Grecs qui interdisaient formellement aux femmes de participer aux Jeux olympiques. D’après certains, cette décision a été prise pour que les femmes cessent de choisir le combat plutôt que le mariage.


LES MAUVAISES CONDITIONS POUR LES FEMMES GLADIATRICES ESCLAVES

Parmi les femmes gladiateurs, certaines se battent de leur plein gré tandis que d’autres sont des esclaves, qui après avoir été capturées sont maltraitées et forcées de se battre par les forces romaines. Pour son plaisir, l’empereur Néron ne leur donnait qu’un couteau de poche pour qu’elles se défendent contre des animaux sauvages. Compte à l’empereur Domitien, il les obligeait à se battre dans la nuit avec peu d’illumination afin que leurs adversaires ne soient pas parfaitement visibles. Si certaines ont obtenu la liberté et la gloire, d’autres par contre ont payé de leur vie.

Egger Ph.