Chu de che / Je suis d'ici / Sono di qui / Ich bin von hier !

mercredi 18 juillet 2018

En France, fêter la victoire voudrait donc dire aussi… agresser les femmes ?


«Etre en crise d’angoisse depuis quatre heures parce que des pauvres mecs m’ont touchée sans mon consentement et ont essayé de me forcer à les embrasser.» Sur Twitter, lundi, les messages à la gloire de l’exploit des Bleus en Coupe du monde de football ont rapidement laissé place à des témoignages moins réjouissants.

Plusieurs dizaines de femmes ont pris la parole sur le réseau social, afin de dénoncer le harcèlement et les agressions sexuelles qu’elles ont subis dimanche soir, lors des festivités organisées pendant et après la finale.

«Je vous laisse observer la soirée horrible que la délicatesse masculine a fait passer à beaucoup trop de femmes hier soir», écrit une internaute, qui a compilé les plaintes circulant sur Twitter. Bon nombre de ces messages relatent des violences sexuelles subies dans les fanzones ou sur l’avenue des Champs-Elysées. «Je remercie le mec qui va sûrement pourrir mes pensées pendant un moment, qui en profite pour me tripoter mon sexe et mes fesses pendant que j’étais à moitié inconsciente sur les Champs-Elysées», réagit une femme sur le réseau social. D’autres voix se sont également élevées pour dénoncer des agressions dans des bars, où bon nombre de supporters ont fêté la victoire française à leur manière.

Le Point, France Info, BFMTV, Le Parisien, Le JDD, Closermag, le Dauphiné, Madmoizelle, Madame Figaro, l’Obs… la liste des  journaux évoquant cet épineux sujet s’allonge, même si une fois de plus, ce ne sont pas eux qui ont levé le lièvre mais les réseaux sociaux : sur Twitter, pour rassembler les nombreux témoignages livrés ça et là de façon désordonnée, a été lancé le hashtag #MeTooFoot. Vous avez compris.

Nombre de jeunes femmes qui avaient souhaité se joindre à la foule dimanche soir, dans les bars ou sur les Champs-Élysées ont vite déchanté et rebroussé chemin. Quand elles le pouvaient encore : « La coupe du monde m’a rappelé qu’en tant que femme, je reste parfois une proie », « je me débattais en pleurant », « Je le repousse, il me prend par le cou en me disant :  c’est la victoire, qu’est-ce que tu attends ? » , « Je suis mal, très mal », «j’avais envie de pleurer d’énervement ».

Voilà. L’écriture inclusive n’y peut rien. L’éradication des cartables roses non plus. Tous les bouquins de Marlène Schiappa encore moins : le premier droit de la femme devrait être celui d’évoluer librement où elle veut, dans la rue, les bars ou les transports en commun, quand elle veut, le matin, dès potron minet ou le soir, entre chien et loup, et si cela lui chante. Mais l’égalité entre homme et femme ne peut se concevoir que si une toute petite chose, purement matérielle, qui fait défaut à cette dernière et que l’on appelle la force physique, n’est pas toute puissante dans l’espace public. Et elle le devient sitôt qu’une société, par laxisme, paralysie, inconscience, idéologie, retourne à la loi de la jungle autrement appelée… celle du plus fort.

Mais que croyait-on, au juste ? Que des petites frappes alcoolisées et agressives, cognant les passants, défiant les forces de l’ordre, saccageant les voitures, brisant les devantures et pillant les magasins allaient s’incliner, devant les jeunes filles en fleur, comme des gentlemen déférents : « mais après vous, mademoiselle ! ».

Prise en étau entre une population masculine autochtone biberonnée à l’école libertaire – qui a dérégulé les relations hommes-femmes pour une plus grande fluidité du commerce sexuel (au vieux sens du terme), comme l’école libérale a dérégulé les relations marchandes pour une plus grande fluidité du commerce tout court, conduisant, dans l’un et l’autre cas, à plus de brutalité et moins de protection pour le (la) plus faible -, et une population masculine allochtone dont le regard sur la femme n’est pas culturellement le nôtre – et qui jauge péremptoirement la vertu de celle-ci à l’aune de critères qui nous sont étrangers -, ne pouvant compter, pour plaider sa cause en haut lieu, que sur un bataillons de féministes sourdes et aveugles à cette enclume comme à ce marteau, la femme est parfois, disons-là, bien seulette. Et le soir de la coupe du monde, elle n’était pas à la fête. Comment s’en étonner ?

Gabrielle Cluzel